COGNARD Marc, Paul

Par Jacques Girault

Né le 2 janvier 1923 à Villeneuve-Saint-Georges (Seine-et-Oise, Val-de-Marne), mort le 8 janvier 2020 à Villeneuve-Saint-Georges ; professeur d’enseignement général, puis directeur de CET ; secrétaire général du SNETAA (1952) ; militant socialiste.

Marc Cognard était le fils d’un cheminot d’opinions de gauche ; ses parents lui firent donner une instruction catholique au catéchisme. Élève d’un cours complémentaire, il entra à l’École normale d’instituteurs de Versailles en 1941 et termina sa scolarité au lycée Hoche où il obtint le baccalauréat. Après avoir été chargé d’école au dernier trimestre de 1943, il effectua son service militaire à partir de janvier 1945 au camp du Ruchard à Sainte-Maure (Indre-et-Loire). Il participa aux actions militaires lors de la contre-attaque allemande dans les Ardennes et fut démobilisé en avril 1946.

Il se maria religieusement à Brunoy avec une institutrice, future directrice d’une école maternelle. Le couple eut deux enfants.

Marc Cognard fut admis à l’École normale nationale d’apprentissage de Paris en octobre 1946, et devint professeur d’enseignement général dans le centre d’apprentissage, avenue Ledru-Rollin à Paris, devenu collège d’enseignement technique. Il y resta de 1947 à 1962 et passa professeur technique dans cet établissement. Il enseigna ensuite au collège d’enseignement technique "coiffure" (1962-1968) puis au CET Louis Armand d’Yerres (Essonne) de 1968 à 1970, chargé de l’emploi de directeur certifié. Il fut nommé directeur du CET de La Ferté-Alais (Essonne) en 1970, avant d’être nommé directeur à nouveau du CET de Yerres (Essonne) en 1972, où il termina sa carrière en 1983.
Parallèlement, il enseignait au lycée technique Dorian dans le cadre de la promotion sociale (techniciens supérieurs, "bureaux d’études") de 1960 à 1970, au centre d’enseignement par correspondance de Vanves (cours de techniciens supérieurs « mécanique et secrétariat ») et au centre de formation des industries puis du caoutchouc. Dans ce cadre, il publia des cours destinés à la formation des adultes (éditions, législation du travail).

Marc Cognard fut membre dès 1946 du Syndicat national de l’enseignement technique (branche apprentissage). En désaccord avec la ligne développée par le syndicat dirigé par Charles Artus, sur la question de l’intégration des professeurs techniques adjoints dans la fonction publique, il ne resta pas membre du syndicat en mars 1948 qui resta à la CGT et il refusa de s’engager dans le syndicat CGT-FO. Il rejoignit en 1949 le Syndicat national autonome apprentissage qui se transforma en Syndicat national de l’enseignement technique apprentissage autonome peu de temps après, affilié à la Fédération de l’Éducation nationale. Secrétaire de la section régionale, membre du conseil et du bureau national, il fut secrétaire général du SNETAA lors du congrès des 26-27 février 1952, et exerça cette responsabilité pendant une année, luttant notamment pour que les PTA deviennent fonctionnaires.

Membre du Parti socialiste autonome à partir de 1959, puis du Parti socialiste unifié, il fut candidat aux élections municipales de Brunoy en 1965 sur une liste comprenant différents courants de la gauche non-communiste. En désaccord avec les orientations de Michel Rocard, il quitta le PSU peu après.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article20266, notice COGNARD Marc, Paul par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 7 novembre 2021.

Par Jacques Girault

Sources : Presse syndicale. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément