STENHUSE Marguerite.

Par Freddy Joris

Verviers (pr. Liège, arr. Verviers), 1887 – Verviers, 15 novembre 1959. Ouvrière textile, militante socialiste syndicale, mutuelliste, coopératrice, première élue socialiste au conseil communal de Verviers.

Marguerite Stenhuse entre à l’usine à l’âge de douze ans à l’extrême fin du XIXe siècle, comme noueuse dans la grande firme textile Simonis. En 1908, ses collègues l’élisent comme déléguée de leur usine à la Fédération ouvrière qui regroupe tous les syndicats textiles verviétois depuis deux ans. En 1910, elle devient secrétaire de l’Association verviétoise des noueuses. Elle travaille comme ouvrière dans le textile jusqu’à sa pension tout en demeurant une militante syndicale active et en s’investissant dans les mouvements mutuelliste et coopératif. Une seule parenthèse à cet égard, lorsque Marguerite Stenhuse occupe durant quelques mois un poste administratif au sein de la Centrale syndicale verviétoise durant l’Entre-deux-guerres, vers 1937, poste auquel elle renonce rapidement pour reprendre son travail en usine.

Après la Première Guerre mondiale et l’accentuation de la centralisation syndicale à Verviers, Marguerite Stenhuse s’oriente davantage vers l’action politique et crée la Ligue des Femmes socialistes de Verviers. Aux élections communales de 1921, alors que les femmes attendront encore pendant près de trente ans le droit de vote aux élections législatives et provinciales, elle est la première femme socialiste élue au conseil communal de Verviers.
En juin 1927, Marguerite Stenhuse est rejointe au conseil par une autre élue socialiste, Marie Lieutenant-Hendrick, ouvrière textile elle aussi et déléguée syndicale à l’usine de l’Ile Adam. Cette dernière siègera jusqu’en 1938. Constamment réélue ensuite jusqu’aux élections d’octobre 1958 y compris, M. Steenheuse reste conseillère communale jusqu’à son décès, soit durant près de quarante ans : elle s’y investit dans la commission des Œuvres sociales.
De 1921 jusqu’à la fusion de communes en 1976, le conseil communal verviétois, composé de vingt-cinq élus, comptera à peine de une à quatre femmes simultanément. Quant à la première élue à entrer au collège échevinal de Verviers, ce sera la socialiste Suzanne De Bast-Daenen en 1977 seulement, après la fusion des communes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article202670, notice STENHUSE Marguerite. par Freddy Joris, version mise en ligne le 4 mai 2018, dernière modification le 1er septembre 2021.

Par Freddy Joris

SOURCES : HELLE, Silhouettes et profils verviétois, Verviers, Le Travail, s.d. (vers 1937) – Le Travail, 16 novembre 1959 − Archives communales de Verviers, document 533.381 : le conseil communal et le collège de Verviers de 1870 à 1989.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément