ROZIER Emile, Lucien, Abel

Par Eric Panthou

Né le 11 juin 1897 à La Bourboule (Puy-de-Dôme), exécuté sommairement par les troupes allemandes le 27 avril 1944 dans le buron du Val-de-Courre, commune du Mont-Dore (Puy-de-Dôme) ; pâtissier au Mont-Dore (Puy-de-Dôme) ; pâtissier ; Résistant, Capitaine FFI.

Émile Rozier était fils de pâtissiers, Georges Rozier et Marie Chantelot, (décédés avant 1944) domiciliés à La Bourboule. Il était lui-même pâtissier dans cette commune. Abel Rozier combattit lors de la Première Guerre mondiale. Il se maria le 27 avril 1926 à Sauret-Besserve (Puy-de-Dôme) avec Anne Marie Menot.
Mobilisé en 1939 au groupe de l’Air 201/125, démobilisé en août 1940.
Il entra bientôt dans la Résistance. Membre du groupe des Ardents, il fut avec son frère Raymond et Marcel Bouchaudy, le fondateur du maquis du Mont-Dore. Il avait le grade de lieutenant. Il a appartenu au maquis de Larfeuille (Puy-de-Dôme), zone III. Il a mis sur pied une compagnie entière de sédentaires à La Bourboule (3ème Compagnie) dont il prit le commandement, du 16 octobre 1943 jusqu’à son arrestation et son exécution le 27 avril 1944. Ses chefs étaient Willy Mabrut alias Tonton et le général Roger Lazar, alias général François. Il fut agent de liaison de parachutages, considéré comme un "remarquable entraîneur d’hommes". Il fut également membre de l’état-major de la Zone III, placée sous le commandement de Willy Mabrut.
Recherché par la Gestapo, il est arrêté dans sa pâtisserie avec son frère et son neveu le le 27 avril 1944. Ils avaient été dénoncés. Quinze personnes furent arrêtées lors de cette rafle au Mont-Dore et à La Bourboule. Cinq furent fusillées le jour même, les autres furent déportées.
Émile Rozier fut fusillé ce 27 avril 1944 dans le buron du Val-de-Courre dans le massif du Sancy sur la commune du Mont-Dore, avec son frère et Marcel Bouchaudy. Leurs corps sont ensuite brûlés dans le buron. Une rue porte porte son nom et celui de son frère à La Bourboule (Puy-de-Dôme).
Il a été reconnu capitaine FFI, "Mort pour la France", homologué FFI, et a reçu la médaille de la Résistance à titre posthume. Il a le statut d’Interné Résistant. Le 29 octobre 1958, il a reçu à titre posthume la carte de combattant volontaire de la Résistance (CVR).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article202708, notice ROZIER Emile, Lucien, Abel par Eric Panthou, version mise en ligne le 5 mai 2018, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Eric Panthou

SOURCES : SHD Vincennes : GR 16 P526961, dossier d’Emile Rozier (non consulté) .— AVCC, AC 21 P 145263 et AC 21 P 667856. Dossiers Emile Rozier (non consultés) .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 113 : Enquête sur crimes de guerre au Mont-Dore .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 2546 W 8945. Dossier demande attribution CVR à Emile Rozier .— "En hommage aux déportés et résistants", La Montagne, 4 mai 2014. — "Le 27 avril 1944, une journée tragique", La Montagne, 25 avril 2015. — Memorialgenweb .— état civil Mont-Dore.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément