LE BRIS Michel, Joseph, Marie [Pseudonyme dans la Résistance : CASSIS]

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 14 janvier 1914 à Grand-Champ (Morbihan), mort des suites de ses blessures le 7 février 1945 à Sainte-Anne d’Auray (Morbihan) ; instituteur ; FFC (CND-Castille) ; FFI.

Michel Le Bris
Michel Le Bris
SOURCE  : Mémorial GenWeb

Michel Le Bris était le fils de Louis Babylas Le Bris et de Jeanne Marie Yvonne Morio. Il avait épousé Marie Thérèse Guillevic et exerçait la profession d’instituteur à Erdeven (Morbihan).

Il s’engagea dans la Résistance comme agent du réseau de renseignement Confrérie–Notre–Dame (CND) fondé par Gilbert Renault [pseudonyme dans la Résistance : Rémy]. Il seconda Jean Sciou (Faucon], clerc de notaire à Erdeven, et fut plus particulièrement chargé du secteur de la rivière d’Étel (Morbihan). Lieutenant dans les Forces françaises de l’intérieur au sein du 2e Bataillon FFI (ORA) du Morbihan, commandé par Yves Le Garrec [pseudonyme dans la Résistance : commandant Yves], il réussit avec le groupe d’Erdeven à protéger des perquisitions allemandes un stock d’armes et de munitions caché au château de Keravéon, stock qui servit aux FFI du Morbihan après le débarquement allié en Normandie.
Après la libération de la Bretagne, Michel Le Bris qui travaillait pour le Bureau central de renseignement et d’action (BCRA) à Rennes franchit sans s’arrêter en revenant à Erdeven, un poste de contrôle tenu par des FFI à Belz (Morbihan), à l’embranchement de la route d’Etel et de la route Saint-Cado. Il reçut une rafale de mitraillette et décéda le 7 février 1945 à Sainte-Anne d’Auray, dans l’ancien hôpital militaire allemand devenu l’hôpital FFI « Général de Gaulle ».
Il est inhumé dans le cimetière de Grand-Champ.

Michel Le Bris a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFC et FFI. Le titre d’Interné-résistant et de Combattant volontaire de la Résistance lui a été attribuée à titre posthume en 1953.

Dans le Morbihan, à Grand-Champ, le nom de Michel Le Bris est inscrit sur le monument « À la mémoire des patriotes morts pour la France » qui se dresse à l’entrée du cimetière communal, et sur la plaque commémorative « 1939-1945é » apposée à l’intérieur de l’église paroissiale Saint-Tugdual.
À Erdeven, il est gravé sur le monument aux morts communal.
À Auray, il figure sur le monument dédié aux FFI du 2e Bataillon du Morbihan.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article202742, notice LE BRIS Michel, Joseph, Marie [Pseudonyme dans la Résistance : CASSIS] par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 6 mai 2018, dernière modification le 3 mai 2020.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Michel Le Bris
Michel Le Bris
SOURCE  : Mémorial GenWeb
Dans le cimetière de Grand-Champ
Dans le cimetière de Grand-Champ
Sur le mémorial FFI d'Auray
Sur le mémorial FFI d’Auray
Sur le monument aux morts d'Erdeven
Sur le monument aux morts d’Erdeven
SOURCE  :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 70 984. — SHD, Vincennes, GR 16 P 348055. — Arch. Dép., Morbihan, 1840 W 6, fonds ONACVG-56. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1978. — Mémorial GenWeb (photo). — " Agent secret 89150 (Faucon) au BCRA de Londres ", témoignage mis en ligne par Jacques Ghémard sur le site Internet Les Français libres, le 27 octobre 2017. — État civil, Grand-Champ (acte de naissance) ; Pluneret-Sainte-Anne d’Auray (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément