COHEN Jean [COHEN Jean-Joseph, dit]

Par Jean Risacher

Né le 24 décembre 1929 à Paris, mort le 4 août 2007 à Agadir (Maroc) ; médecin gynécologue obstétricien à Paris, professeur en Faculté de médecine ; militant dans diverses organisations de gauche, du RDR à la Nouvelle Gauche, puis au PSU ; militant pour le droit des femmes à la procréation et pour la légalisation du droit à mourir dans la dignité.

Jean Cohen fut élevé dans une famille juive dont le père était agent maritime. Après des études secondaires au lycée Lyautey de Casablanca (Maroc) et au lycée Michelet de Vanves (Seine, Hauts-de-Seine), il entra à la faculté de médecine de Paris.

Parallèlement à sa vie scolaire et étudiante, il milita au Rassemblement démocratique révolutionnaire (RDR). Fidèle soutien de l’Observateur, il fut, dès octobre 1952, membre du comité directeur du Centre d’action des Gauches indépendantes (CAGI), puis, après un voyage au Maroc, fut élu au bureau national le 13 mai 1953 et toujours membre du CD le 1er juin 1954. Militant au Regroupement de la gauche étudiante (RGE), il fut l’un des créateurs de son journal, Tribune étudiante, en novembre 1954 et devint son rédacteur en chef.

En décembre 1954, il participa à la Fédération des groupements unis de la nouvelle gauche (FGUNG), puis, parallèlement, au Comité national de la nouvelle gauche (CNNG) en janvier 1955. Membre du CD de la FGUNG, représentant du RGE, en mai 1955, il devint membre de la commission exécutive et participa aux réunions du CD le 4 septembre 1955, le 23 octobre et fin novembre.

Membre du Mouvement uni de la nouvelle gauche (MUNG), élu au conseil national lors du IIe congrès (9 décembre 1956), élu à la commission exécutive nationale, il fut secrétaire de la campagne électorale de Paris (élection partielle janvier 1957). Il adhéra à l’Union de la gauche socialiste (UGS), puis au PSU à sa création en 1960, mais ses obligations professionnelles ne lui permirent pas d’assumer des responsabilités.

Interne des Hôpitaux de Paris en 1958, sa spécialité de gynécologue accoucheur le conduisit à s’engager en faveur du droit des femmes à la procréation (contraception, avortement, puis procréation médicalement assistée). Il était ainsi membre fondateur du Planning familial, puis son vice-président, président de la Société française de gynécologie, de la Société française d’étude de la fertilité, du Groupe d’étude de la FIV en France et de la Société européenne de la reproduction humaine. Il travailla avec l’équipe de la maternité de Sèvres pour permettre la mise en œuvre des techniques de procréation assistée (PMA).

En 1963, sa sensibilité de gauche, sur ces questions comme sur d’autres de nature plus générale, l’amena à soutenir ses amis de France Observateur alors confrontés à des difficultés financières. Il accepta ainsi la présidence de l’Association des amis de l’Observateur, société dotée d’un capital de 150 000 francs (répartis en actions acquises par des souscripteurs), chargée d’alléger le poids de sa dette et de renforcer les liens avec le lectorat. La même année, il fut nommé chef de clinique à la faculté de médecine de Paris tout en installant son cabinet gynécologique à Paris.

En 1965, il entra au conseil d’administration du Nouvel observateur. Directeur de la revue Contraception Fertilité Sexualité à partir de 1968, il prit la direction de la clinique Marignan à partir de 1969. En 1978, il fut chargé d’enseignement aux facultés de médecine du Val-de-Marne et de Paris VI. L’année suivante, il prit la tête de Gyn-Obs, revue publiée de 1973 à 2007. Après les victoires obtenues en matière de contraception, il lutta surtout pour la légalisation de l’euthanasie, à travers l’Association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD), créée en 1980.

Il avait trois enfants, deux filles et un garçon et deux petits-enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article20275, notice COHEN Jean [COHEN Jean-Joseph, dit] par Jean Risacher, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 7 novembre 2021.

Par Jean Risacher

ŒUVRE CHOISIE : Physiologie gynécologique, préparation aux certificats de spécialité (en collaboration), Masson, 1968. — Sexualité inhabituelle, Tournai, Casterman, 1970. — Initiation à la physiologie sexuelle, Tournai, Casterman, 1970. — Les Stérilités masculines en pratique gynécologique (en collaboration avec Raoul Palmer), Masson, 1972. — Abrégé de physiologie gynécologique (en collaboration avec Claudine Boury-Heyler), Masson, 1976. — Les Stérilités et hypofertilités masculines, Masson, 1977. — ABC des techniques de planification familiale : contraception, stérilisations, interruption volontaire de grossesse (en collaboration avec Bernard Achard), Masson, 1978. — Abrégé de stérilité conjugale (en collaboration avec Raoul Palmer), Masson, 1979. — Avoir un enfant : de la conception à la naissance (en collaboration), Hachette, 1979. — Les Mains de la vie : la conception et la naissance maîtrisées, histoire d’une conquête, Robert Laffont, 1981. — Tous des mutants (en collaboration avec Raymond Lepoutre), Seuil, 1987. — Nous voulons un bébé : aux frontières de la stérilité, ce que vivent les couples, ce que peuvent les médecins (en collaboration avec Chantal Ramogida), Seuil, 1997. — Le guide Marabout de la vie sexuelle (en collaboration), Marabout, 2003.

SOURCES : Arch. Jean Arthuys-Jean Calmejane. — Arch. Jean Risacher. — Bulletin de liaison du CAGI. — Nouvelle Gauche. Organe du Mouvement uni de la Nouvelle Gauche. — Nouvelle Gauche. Bulletin du Mouvement Uni de la Nouvelle gauche. — Tribune étudiante. — Radioscopie (Jacques Chancel), Radio-France, 6 juillet 1976. — Encyclopédie Wikipédia.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément