BRIXHE Claude

Par Jacques Girault

Né le 20 avril 1933 à Serrouville (Meurthe-et-Moselle), mort le 2 mars 2021 à Ars-Laquenexy (Moselle) ; professeur d’Université ; militant du SNESup ; militant du PSU en Moselle.

Son père, fils d’un employé de la compagnie des chemins de fer de l’Est, marié à une garde-barrière, entré comme ouvrier, termina sa carrière comme contre-maître à la SNCF. Il adhérait au Parti socialiste SFIO. Sa mère, couturière indépendante, fille d’un porion dans les mines de fer mort au travail, devint la responsable d’une succursale de magasin. Sa famille, bien que déchristianisée, respectait certaines pratiques religieuses. Ainsi Claude Brixhe reçut les premiers sacrements catholiques tout en devenant totalement agnostique.

Après des études secondaires à Longwy (Meurthe-et-Moselle) puis à Nancy (Meurthe-et-Moselle), il effectua des études supérieures en lettres classiques à la Faculté des Lettres de Nancy et obtint le CAPES (1956) puis l’agrégation (1958). Sa carrière dans l’enseignement secondaire se déroula de 1956 à 1963 au lycée Fabert à Metz (Moselle).

Exempté du service militaire pour des raisons médicales, Claude Brixhe se maria religieusement. Le couple eut deux enfants. Alors que leur fille reçut les premiers sacrements religieux, leur cadet ne fut pas baptisé.

Claude Brixhe devint assistant de grec à la faculté des lettres de Strasbourg en octobre 1963 puis, en 1965, fut nommé chargé d’enseignement à la faculté des lettres de Nancy, devenue en 1969 département de l’université Nancy 2. En 1976, il devint professeur de linguistique ancienne dans ce même établissement, spécialiste de la civilisation hellénique et des langues non grecques d’Asie mineure. Il termina sa carrière en 1998 comme professeur émérite.

À l’Université Nancy 2, Claude Brixhe fut de 1969 à 1972 le secrétaire de la section du Syndicat national de l’enseignement supérieur. Pendant sa carrière, il exerça des activités administratives (direction d’une UFR, de la reprographie et de l’imprimerie de l’Université, création et direction des Presses Universitaires de Nancy, fondation et direction de l’ADRA (association à vocation éditoriale).

Depuis sa thèse sur un dialecte grec ancien du sud de l’Asie Mineure, soutenue en 1974, ses travaux portaient sur les dialectes grecs anciens et modernes, l’histoire de l’écriture des langues non grecques d’Asie Mineure et du nord de la Grèce. Membre puis animateur de l’équipe CNRS "Diversité géographique et sociolinguistique du grec ancien", il organisa de nombreux voyages (Grèce, Egypte, surtout Turquie), table-rondes et colloques, publiés par les Presses universitaires de Nancy ou chez des éditeurs parisiens spécialisés (De Boccard, Maisonneuve) à partir de 1965. Il contribuait régulièrement au Bulletin épigraphique et était membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles lettres.

Claude Brixhe habitait Metz (Moselle) et militait au Parti socialiste unifié depuis le début des années 1960. Il faisait partie des cadres dirigeants de la fédération mosellane. Il en démissionna en 1968. Candidat aux élections cantonales en 1964, il conduisait la liste soutenue par le PSU aux élections municipales de 1965. Candidat aux élections législatives dans la première circonscription de Metz en 1967 où il n’y avait pas de candidat socialiste, avec 7 997 voix sur 81 299 inscrits, il arriva en deuxième position des candidats de gauche. Après son désistement, le candidat communiste Arthur Buchmann recueillit ses voix. A nouveau candidat l’année suivante portant l’étiquette "PSU-Fédération de la gauche démocrate socialiste", il précédait cette fois le candidat communiste avec 12 445 voix sur 81 426 inscrits ; mais le député maire de Metz sortant Raymond Mondon, candidat gaulliste, l’emporta dès le premier tour. De 1965 à 1968, il anima un Groupe d’action municipale qui publiait un mensuel Regards sur Metz.

Aux élections présidentielles de 1969, il soutint la candidature d’Alain Krivine et participa à sa campagne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article202907, notice BRIXHE Claude par Jacques Girault, version mise en ligne le 10 mai 2018, dernière modification le 17 août 2021.

Par Jacques Girault

ŒUVRE : Le fichier de la BNF, en 2018, comprenait 20 références.

SOURCES : Arch. Nat., 581AP/132/470. — Renseseignements fournis par l’intéressé. — Notes d’Etienne Aubrion.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément