VOZELLE Paul, André

Par Michel Thébault

Né le 27 août 1924 à Auzances (Creuse), exécuté sommairement le 27 juillet 1944 à Chard (Creuse) ; ouvrier charcutier ; résistant maquis AS de la Creuse, bataillon Jack.

Paul Vozelle était le fils d’Alphonse, Michel Vozelle, tailleur d’habits et de Louise, Marie, Marguerite Marlaud. A la fin de sa scolarité primaire à l’école publique du village, il fit un apprentissage d’ouvrier charcutier. Sportif, il pratiqua, jeune homme, le football au sein de l’équipe première de l’Union sportive auzançaise. Il s’engagea dans la Résistance, à l’âge de 19 ans, rejoignant à l’été 1944, dans l’est de la Creuse à quelques kilomètres d’Auzances, un maquis de l’AS appartenant au bataillon Jack et cantonné dans plusieurs hameaux de la commune de Chard (près de la limite du Puy-de-Dôme).
A la mi-juillet 1944, des éléments de la brigade Jesser, une formation militaire allemande, composée d’éléments disparates de la Wehrmacht, des SS et de divers services de police, entra en Creuse en provenance des départements voisins du sud et de l’est pour organiser la répression contre les forces de la Résistance. Le 15 juillet lors d’une opération au nord d’Aubusson, les troupes allemandes incendièrent les villages d’Alleyrat et de La Rochette. Les jours suivants une série d’attaques contre les maquis d’Alleyrat et de Blessac contraignit les unités désorganisées à se replier et à se regrouper à Chard avec d’autres unités du bataillon Jack autour du poste de commandement. L’action des services de renseignements allemands aidés de reconnaissances aériennes permit à l’État-major allemand de localiser précisément les maquis et de préparer une opération d’encerclement et d’anéantissement qui se produisit le 27 juillet 1944. Le ratissage des forces allemandes leur permit la capture de plus d’une vingtaine de résistants. Regroupés, ils furent transportés en camion dans deux lieux différents et exécutés sommairement. Paul Vozelle appartenait au groupe franc chargé de la protection du PC du commandant Jack. Lors de l’attaque, ce dernier prit rapidement la fuite avec l’ensemble de son état-major. Paul Vozelle se retrouva dans un groupe de 11 jeunes maquisards du groupe de protection, isolés, peut-être égarés, et de toute façon laissés sans commandement. Le groupe fut incapable de trouver la solution du repli et fut encerclé dans un champ de blé où les 11 jeunes durent se rendre. Regroupés, ils furent transportés en camion et exécutés sommairement. Paul Vozelle et ses 10 camarades furent fusillés, sur le sentier de la Goursole près du massif forestier du même nom. Il fut inhumé au cimetière d’Auzances.
Il obtint la mention mort pour la France et son nom est inscrit sur le monument aux morts d’Auzances. Il figure également sur le monument commémoratif de Chard et sur le mémorial de la Résistance creusoise à Guéret. Le stade municipal d’Auzances reçut par décision du conseil municipal de cette commune en date du 15 décembre 1965, le nom de Paul Vozelle.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article202993, notice VOZELLE Paul, André par Michel Thébault, version mise en ligne le 12 mai 2018, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Creuse (Etat civil, dossier Jack 107 W 11) — Marc Parrotin Le temps du Maquis, Histoire de la Résistance en Creuse Ed. Verso 1984 et Mémorial de la Résistance creusoise Ed. Verso 2000 — Journal La Montagne. 26 juillet 2018 Hommage à Paul Vozelle — Mémoire des Hommes — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément