COLI Pierre, Marcel

Par Michel Dreyfus

Né le 11 avril 1924 à Nice (Alpes-Maritimes), mort le 21 juin 2017 à Grenoble (Isère) ; monteur électricien puis chargé d’affaires commerciales à EDF ; syndicaliste CFTC puis CFDT, membre du comité directeur de la Fédération CFTC Gaz-Électricité ; militant de la SFIO, du PSU puis du PS, adjoint au maire de Grenoble (1971-1977).

Pierre Coli naquit dans un milieu petit-bourgeois. Son père, Gaston Coli, était dessinateur et photographe ; sa mère, Lucienne née Bonnard, fille d’une veuve, rentière pratiquement ruinée par les emprunts russes, travaillait comme employée dans une étude de notaire. Les deux époux se séparèrent en 1933 et la mère se réinstalla avec ses deux enfants (une fille et un garçon) à Grenoble (Isère) dont elle était originaire.

Après avoir passé son certificat d’études primaires, Pierre Coli suivit trois ans de cours du soir et obtint un CAP d’électricien. Du 1er juin 1938 au 30 juin 1948, il fut employé de magasin, employé de bureau, apprenti et ouvrier électricien dans diverses entreprises d’électricité. Il avait participé à la Résistance dans le Service de renseignements de l’Armée secrète (SRAS), puis s’était engagé volontaire du 3 septembre 1944 au 30 novembre 1945.

Entré à EDF le 1er juillet 1948, au Groupe de production hydraulique du Dauphiné en qualité de monteur électricien à l’atelier de bobinage, il fut ensuite maître ouvrier (1950), affecté en 1952 comme agent technique au Bureau des relations et information des architectes (BRIA), puis muté sur sa demande au service commercial du centre de distribution de Grenoble (novembre 1955), et fut mis en inactivité le 31 mai 1979 comme chargé d’affaires commerciales. Il s’était marié le 2 août 1975 à Grenoble avec Marcelle Demaison-Mermet, conseillère agricole à la Chambre d’agriculture de l’Isère et ils eurent deux filles.

Pierre Coli milita dès 1946 au syndicat CFTC des employés de commerce et fut bientôt membre du bureau de l’UD-CFTC de l’Isère. En 1948, il adhéra au syndicat CFTC des industries électrique et gazière et en devint le secrétaire suite au décès de Robert Fluchaire* qui avait été un des fondateurs du syndicalisme CFTC dans cette profession. Il fut élu au comité directeur de la Fédération CFTC Gaz-Électricité à l’issue de son XVIIIe congrès (avril 1960) — peut-être l’avait-il été auparavant — puis réélu à cette fonction jusqu’en novembre 1967, où il fut délégué de la région de Lyon. Sympathisant du groupe « Reconstruction », il avait milité pour la transformation de la CFTC en CFDT. Au titre de la CFDT, il siégea en tant que représentant du personnel aux Comités régionaux de la distribution, de leur création jusqu’à son départ à la retraite.

Pierre Coli, qui participa au congrès du Mouvement européen à Rome en novembre 1948, avait adhéré à la SFIO en 1953, passa ensuite au PSU et revint au Parti socialiste. Membre de la commission économique et politique de l’UD-CFDT de l’Isère, il participa à ce titre à la constitution du Groupe d’action municipale (GAM) présidé par Hubert Dubedout*, qui fut élu en 1965. De 1965 à 1971, il fut conseiller municipal de Grenoble puis adjoint au maire de 1971 à 1977. En 1955, il avait contribué à la création du premier foyer pour chômeurs Nords Africains et d’un bureau d’aide sociale. Membre actif du Mouvement des auberges de jeunesse (FUAJ), il participa à la création des auberges de Chamrousse et de Grenoble-Échirolles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article20307, notice COLI Pierre, Marcel par Michel Dreyfus, version mise en ligne le 31 octobre 2017, dernière modification le 31 octobre 2017.

Par Michel Dreyfus

SOURCES : Gaz-Électricité, n° 99 (mai 1960), 144 (novembre 1964), 172 (décembre 1967). — Témoignage de l’intéressé. — État civil de Nice.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément