Saint-Martin-de-Fressengeas (Dordogne), 28 avril 1944

Par Dominique Tantin

Dans cette commune de Dordogne, une colonne de répression composée de 150 soldats allemands du 95e régiment de sécurité et de membres de la Phalange nord-africaine massacrèrent neuf hommes dans la soirée du 28 avril 1944, six maquisards dont cinq FTPF, et quatre civils.

Stèle commémorative au hameau des Merles, commune de Saint-Martin-de-Fressengeas
Stèle commémorative au hameau des Merles, commune de Saint-Martin-de-Fressengeas
Crédit : Page du site Résistance française.

Le 28 avril 1944, la colonne cerna le hameau des Merles sur la commune de Saint-Martin-de-Fressengeas à proximité duquel se trouvait un cantonnement de maquisards FTPF. Les hommes du village furent aussitôt arrêtés et enfermés dans un jardin où ils durent se coucher sur le ventre. Les maisons furent perquisitionnées et pillées.
Deux maquisards furent surpris dans le fournil de Pierre Baret, dont l’un, Gilbert Moreau, fut abattu quelques instants plus tard, deux autres également sur place furent également arrêtés dès le début des opérations et retenus en otages. Manuel Ruffino et Arsène Gouzon venus en reconnaissance depuis le camp essuyèrent des coups de feu, Ruffino fut tué, Gouzon réussissant à prendre la fuite s’échapper. Le groupe FTP alerté a pu s’enfuir. François Cholet, de retour d’une réquisition comme garde-voie, fut abattu dans son jardin à Saint-Martin.
Avant de partir après avoir tué Moreau, Ruffino et Cholet, sept des otages retenus au village furent exécutés, trois maquisards (Jean Billat, Marc Combeau, Marcel Martin et André Videau) ainsi que trois cultivateurs des Merles et des environs (Pierre Boulanger, Pierre Magnesse et Raoul Trémoulinas), couchés dans une petite cour et tués à bout portant.


Liste des victimes
Résistants
BILLAT Jean (dit Léon), 21 ans
COMBAUD Marc, 22 ans
MARTIN Marcel, 20 ans
MOREAU Gilbert (Yves), 19 ans
RUFFINO Manuel, 20 ans
VIDEAU André, 20 ans
Civils
BOULANGER Pierre, 52 ans
CHOLET François, 20 ans
MAGNESSE Pierre, 30 ans
TREMOULINAS Raoul, Jean, 19 ans
Leurs noms sont inscrits sur une stèle commémorative et sur une plaque apposée sur le mur de la grange où eut lieu le massacre. Des cérémonies s’y déroulent chaque année.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article203147, notice Saint-Martin-de-Fressengeas (Dordogne), 28 avril 1944 par Dominique Tantin, version mise en ligne le 16 mai 2018, dernière modification le 27 mai 2022.

Par Dominique Tantin

Résistance française. "> Stèle commémorative au hameau des Merles, commune de Saint-Martin-de-Fressengeas
Stèle commémorative au hameau des Merles, commune de Saint-Martin-de-Fressengeas
Crédit : Page du site Résistance française.
Stèle commémorative
Stèle commémorative
Crédit : Page du site Résistance française.

SOURCES : Guy Penaud, Histoire de la Résistance en Périgord, Bordeaux, éditions Sud-Ouest, 2013, p.246-247. — Page du site Résistance française. —Article de Jacques Guine, dans Sud-Ouest, 5 mai 2017. — MémorialGenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément