COTTÉ André

Par Claude Delasselle

Né le 28 mars 1923 à Lainsecq (Yonne), fusillé sommairement le 9 juin 1944 près de Noyers-sur-Serein (Yonne) ; résistant du Service national maquis.

André Cotté, né et résidant à Lainsecq (Yonne), faisait partie du Maquis 3 du Service national maquis de l’Yonne, qui s’était formé en avril 1944 au nord de Saint-Sauveur-en-Puisaye, avant de s’implanter à une vingtaine de km plus au sud, au hameau de la Gaillarderie, près d’Étais-la-Sauvin (Yonne).
Le 6 juin 1944, la plupart des hommes du Maquis 3 partirent en camions dans le Tonnerrois pour procéder, dans le cadre du « Plan vert », au sabotage du tunnel de Lézinnes, dans le but de couper la liaison ferroviaire Paris-Lyon-Marseille. Mais ce tunnel étant fortement gardé par des sentinelles allemandes, il fut procédé le 7 juin à un sabotage de la voie ferrée à proximité du village d’Argenteuil, sabotage qui provoqua le déraillement d’un train chargé de troupes allemandes. Leur mission accomplie, les hommes du Maquis 3 reprirent leur route le 8 juin, dans plusieurs camions et voitures, en direction de leur camp de base.
Au cours de ce déplacement, un des camions tomba en panne à 3 km de Noyers-sur-Serein, au pied de la côte de Beurson. Ses cinq occupants, avec l’accord de leur chef, décidèrent de rester sur place pour tenter de le réparer, laissant leurs camarades poursuivre leur route. Après avoir tiré le camion un peu à l’écart de la route, la nuit tombant, les cinq hommes s’endormirent dans un petit bosquet sans prendre la précaution de mettre en place une sentinelle. Le lendemain matin, ils furent repérés et encerclés par une troupe allemande. Trois maquisards, Raymond Besland*, Roland Bressy* et André Cotté furent fusillés sommairement sur place, les deux autres, Gonzalo, un Espagnol, et Yves Pasquier réussirent par miracle à s’échapper à travers champs, sous les tirs ennemis.
Le nom d’André Cotté figure, avec celui de ses deux camarades, sur la stèle qui a été édifiée à proximité du lieu du drame, au bord de la route D 956, entre Noyers-sur-Serein et Aigremont, au pied de la côte de Beurson. Il figure également sur le monument des déportés et fusillés de l’Yonne à Auxerre. Il obtint la mention « Mort pour la France ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article203252, notice COTTÉ André par Claude Delasselle, version mise en ligne le 18 mai 2018, dernière modification le 18 mai 2018.

Par Claude Delasselle

SOURCES : Robert Bailly, Si la Résistance m’était contée, Éd. ANACR-Yonne, 1990, p. 391. Delasselle Claude, notice « 6-9 juin 1944 : le Maquis 3 en expédition pour appliquer le Plan vert », in CDrom La Résistance dans l’Yonne, AERI-ARORY, 2004. — Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément