FLOURY Yves, Marie

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Né le 13 septembre 1925 à Pontrieux (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) ; massacré à Plouaret (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) au début du mois d’août 1944 ; ouvrier agricole et teilleur de lin ; FTP.

Fils de Joseph Floury, journalier et de Marie Clochet, demeurant Chemin Vert en Pontrieux.
Yves Floury était célibataire.
Le 24 juillet 1944, Yves Floury et son camarade Charles Le Berre rencontrèrent une patrouille allemande à Frynaudour en Quemper Guézennec (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor). Yves Floury fut arrêté, trouvé porteur d’une arme, son camarade réussit à échapper aux Allemands.
Yves Floury fut emmené à la Feldgendarmerie de Plouaret.
La Feldgendarmrie de Plouaret appelée La Maison de la Pépinière ou depuis cette période La Maison de la Torture, fut un centre de torture. Ce fut à partir du mois d’avril 1944 que beaucoup de Résistants vinrent de toute la région pour y internés et interrogés, les méthodes les plus cruelles de tortures y étaient appliquées.
Six FTP trouvèrent la mort sous les coups et les sévices de leurs tortionnaires à La Maison de La Pépinière de Plouaret : Yves Floury originaire de Pontrieux (Côtes-du-Nord  ; Côtes d’Armor), Pierre Quéniat et son frère Eugène Quéniat, René Guillangart, Marcel Quéré et Édouard Guéziec, qui après avoir été probablement martyrisé puis assassiné, son corps ne fut jamais retrouvé, il est considéré comme disparu. Ces cinq derniers étaient originaires de Trémel (Côtes-du-Nord  ; Côtes d’Armor).
Pierre Quéniat mourut sous les coups de ses tortionnaires le 27 juin 1944, son frère, également martyrisé succomba un peu plus tard.
Au matin du 24 juillet 1944, Marcel Quéré et René Guillangart furent conduits dans une prairie en contrebas de la maison de la Pépinière, Marcel Quéré seul en état de tenir debout portait son camarade René Guillangart, il fut contraint de creuser la fosse dans laquelle ils allaient être enterrés. Ils furent exécutés ensemble à la mitraillette alors que René Guillangart agonisait.
Le 31 juillet 1944, les corps de Marcel Quéré et René Guillangart furent découverts par un habitant de Plouaret dans un petit bois, en contrebas de La Pépinière, ils portaient de nombreuses marques de sévices.
Le même jour, alors que les Allemands étaient toujours présents à Plouaret, les FTP prirent le gros risque d’exhumer les corps et de les transporter pour les ensevelir à Trémel qui était encore aussi occupée par les Allemands. Avec la charrette de Mr Le Bras de Plouaret, accompagné des FTP et du curé de Trémel Mr Le Roy, les cercueils furent couverts de 81 gerbes au cours du trajet.
René Guillangart avait les doigts brisés ainsi qu’une cheville, les testicules enflées, ses reins n’étaient qu’une plaie tant il fut battu, les Allemands le pendirent dans le grenier de la maison de la Pépinière en présence de son camarade Marcel Quéré qui du rester près du corps de son camarade toute une journée. Marcel Quéré avait quant à lui les reins en sang et les testicules enflées.
Yves Floury y fut assassiné au début du mois d’août 1944, quelques jours avant la libération du secteur. Dix jours après la Libération du secteur, le 17 août 1944, les corps de Pierre Quéniat, Eugène Quéniat et Yves Floury furent découverts, sommairement enterrés dans une prairie à proximité de La Pépinière, ils portaient de nombreuses marques de sévices.
Yves Floury avait 19 ans.
.
Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article203466, notice FLOURY Yves, Marie par Alain Prigent, Serge Tilly, version mise en ligne le 16 juillet 2018, dernière modification le 17 juillet 2021.

Par Alain Prigent, Serge Tilly

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor, 2W236. – Archives de l’ANACR. – Alain Prigent et Serge Tilly, L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944), Les Lieux de Mémoire, Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, n° 10 (2004) et n° 11 (2005).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément