LE FLOC’H Marcel, Louis, Marie

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Né le 11 août 1921 à Plouguernével (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) ; abattu le 11 juillet 1944 par des militaires allemands à Saint-Nicolas-du-Pélem (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) ; célibataire ; étudiant en droit ; FTP.

Fils de Jean, Louis Le Floc’h, cultivateur et de Marianne Le Goff, demeurant au bourg de Plouguernével.
Marcel Le Floc’h était étudiant en droit et préparait le concours à l’Ecole Navale au lycée Saint-Charles de Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor).
Le 9 juillet 1944, des unités allemandes aidées par des miliciens du Bezen Perrot déclenchèrent une vaste opération de police sur les territoires des communes de Trémargat, Lanrivain, Pommerit-Quintin, Kergrist-Moëlou, Plouguernével, Plounévez-Quintin, Sainte-Tréphine, Plussulien, Le Haut-Corlay, Canihuel, Kerpert, Lanrivain et Saint-Nicolas-du-Pélem (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor).
Dès le lever du jour, les troupes allemandes prirent position et encerclèrent cette zone. Elles se déployèrent en ligne tandis que des camions furent cachés dans les chemins creux à la lisière des bois. Cette opération de police avait pour but d’anéantir l’Etat-Major départemental FFI et de détruire les maquis FTP fortement implantés dans ce secteur.
À Saint-Nicolas-du-Pélem, le 11 juillet 1944, vers 15h30, une fusée fut lancée au-dessus du bourg, ce qui sembla avoir déclenché la mise en marche des troupes disposées autour de la commune. À la vue de ce déploiement de forces, de nombreux habitants de Saint-Nicolas-du-Pélem et en particulier les jeunes gens, prenant peur, s’enfuirent de toutes parts à travers champs, craignant une arrestation. Les soldats allemands qui furent placés en surveillance tirèrent les fuyards tuant sept d’entre-eux : Marcel, Louis Le Floc’h, Marcel Le Floc’h, Albert Le Nevez, Arthur Nicol, Jacques Poisson et Henri Rivoal. Parmi les assassins, se trouvèrent deux miliciens qui s’exprimèrent en breton.
Marcel Le Floc’h fut tué par balles dans un champ. Enterré sur place par ordre des Allemands, exhumé par les patriotes, son corps fut inhumé par la suite au cimetière de Plouguernével.
Marcel Le Floc’h avait 23 ans, son nom figure sur La stèle des six Patriotes, rue du Stade en Saint-Nicolas-du Pélem, La Plaque des élèves de l’ancien collège Saint-Charles de Saint-Brieuc, le stade de Plouguernével, rue du stade porte le nom de Marcel Le Floc’h.
.
Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article203537, notice LE FLOC'H Marcel, Louis, Marie par Alain Prigent, Serge Tilly, version mise en ligne le 17 juillet 2018, dernière modification le 25 avril 2021.

Par Alain Prigent, Serge Tilly

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor, 2W236. – Alain Prigent et Serge Tilly, L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944), Les Lieux de Mémoire, Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, n°10 (2004) et n°11 (2005). Marie-Germaine Le Floc’h, épouse Auffret, sœur de Marcel Louis Le Floc’h.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément