ESTRADE Renée, Alice, née FONTY [Pseudonyme : Claire]

Par Daniel Grason

Née le 28 avril 1909 à Paris (XIIIe arr.), morte le 20 février 1992 à Bry-sur-Marne (Val-de-Marne) ; employée de bureau ; membre du Comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme ; militante communiste ; membre du Front national de la police ; résistante ; déportée à Ravensbrück (Allemagne).

Fille de Pierre Fonty, vingt-huit ans, maçon et de Rosalie, née Demoras, vingt-neuf ans, ménagère, Renée naquit au domicile familial 12 rue du Moulin-de-la-Pointe dans le XIIIe arrondissement. Elle épousa le 24 septembre 1927 François Estrade en mairie de Vitry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne), le couple habita dans la ville au 70 rue du Génie, ils furent parent d’un enfant.
Pendant la guerre Renée Estrade milita au Front national de lutte contre la guerre et le fascisme dans la branche chargée de la liaison de la branche technique de l’Inter-région, en liaison avec des gardiens de la paix résistants. Dans le courant du mois de décembre 1943, repérée elle a été filée pendant deux mois. Elle vivait illégalement au 4 rue Paul-Carle à Choisy-le-Roi (Seine, Val-de-Marne), et au 18 boulevard Saint-Germain à Paris (Ve arr.).
Interpellée la deuxième quinzaine de février 1944, emmenée dans les locaux des Brigades spéciales à la préfecture de police, elle a été fouillée par une policière. Elle détenait des rapports destinés au responsable de l’inter-région de l’appareil technique. Un écrit qui lui avait été adressé lui demandait de prendre contact avec Alfred Michaud, responsable régional de la police surnommé Moreau.
Incarcérée, elle était dans le convoi de 102 femmes qui partit de la gare de l’Est le 11 août 1944. Elles furent transportées dans des wagons de voyageurs aux fenêtres grillagées. En raison des combats et des bombardements, le train arriva à Châlons-sur-Marne le 15 août, puis arriva à Sarrebruck (camp de Neue Bremm) le 17 août. Une détenue réussissait à s’évader du train à Bar-le-Duc. Les déportées ont été envoyées en deux fois à Ravensbrück.
Outre Renée Estrade, Henia Fajtowicz était dans le même transport. Toutes deux survécurent. Toutes deux rentrèrent de déportation, Renée Estrade a été homologuée Déportée internée résistante (DIR), au titre de la Résistance intérieure Française (RIF).
Renée Estrade divorça de son mari par jugement du tribunal civil d’Ussel (Corrèze) le 9 juillet 1949. Elle a été homologuée Déportée internée résistante (DIR), au titre de la Résistance intérieure Française (RIF).
Renée Fonty ex-épouse Estrade mourut le 20 février 1992 à l’âge de 83 ans.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article203609, notice ESTRADE Renée, Alice, née FONTY [Pseudonyme : Claire] par Daniel Grason, version mise en ligne le 20 mai 2018, dernière modification le 20 mai 2018.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. GB 028. – Bureau Résistance GR 16 P 228156. – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004. – État civil numérisé Paris 13e arr. 13N 192 acte n° 866.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément