CANAUX Robert

Par Joël Drogland

Né le 9 septembre 1911 à Crépand (Côte-d’Or), exécuté sommairement le 21 juillet 1944 à Arbonne-la-Forêt (Seine-et-Marne) ;couvreur ; maquisard FTP.

Venu de Sens, Robert Canaux était membre du maquis FTP Paul Bert, implanté dans les bois communaux de Pont-sur-Yonne en juin 1944. Il le quitta assez vite et gagna la Seine-et-Marne voisine, dans des conditions et à une date que nous ne pouvons préciser, sans doute avec Marcel Calmel, sénonais lui aussi et comme lui syndicaliste CGT car, comme ce dernier, il intégra le maquis de Villebéon (village situé à l’est de Nemours). Il est probable qu’ils aient suivi Léon Morel et son fils André qui étaient maquisards dans l’Yonne et habitants de Villebéon. Le maquis fut démantelé le 7 juillet 1944 dans le cadre des opérations de répression menées par le SD de Melun, les Feldgendarmes et la Milice. Avec quatre autres hommes de ce maquis, Robert Canaux fut emprisonné à Fontainebleau.

Le 21 juillet 1944, il fit partie des 22 civils et résistants qui furent sortis de la prison de Fontainebleau où ils avaient été torturés. Amenés les mains liées dans le dos aux carrières de sable de la plaine de Chanfroy (massif des Trois Pignons), ils furent exécutés au pistolet mitrailleur par les Allemands et enterrés sommairement dans une fosse commune. Le 17 août, 14 autres détenus de la prison de Fontainebleau furent abattus dans les mêmes conditions et enfouis dans une fosse voisine. Le 7 décembre 1944, alors qu’ils venaient chercher du sable à Chanfroy, des militaires américains découvrirent les charniers.

Le 14 décembre 1944, des funérailles nationales se déroulèrent à Fontainebleau. La plupart des corps des victimes, dont celui de Robert Canaux, furent rendus à leurs familles. Il repose aujourd’hui dans le carré militaire du cimetière communal de Sens

Son nom figure sur le monument aux morts cantonal de l’arrondissement de Sens, sur la plaque « C.G.T. 1939-1945 Camarades de l’union locale morts victimes de la guerre et du nazisme », posée initialement à la Bourse du Travail de Sens et déplacée récemment sur le site Saint-Savinien, sur le monument aux fusillés de la plaine de Chanfroy (Allée des fusillés en forêt de Fontainebleau) et enfin sur le monument des déportés et fusillés de l’Yonne à Auxerre. Il obtint la mention « Mort pour la France ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article203937, notice CANAUX Robert par Joël Drogland, version mise en ligne le 29 mai 2018, dernière modification le 13 janvier 2022.

Par Joël Drogland

SOURCES : ACVV, Caen,AC 21P 37629. — Musée de la Résistance en ligne, notice « Stèles en hommage aux fusillés d’Arbonne ». Claude Cherrier, « Les massacres de l’été 1944 en Seine-et-Marne » in DVDrom La Résistance en Île-de-France, AERI, 2004.— Site internet de l’association Les Amis de Milly-en-Gâtinais et Environs. — Site internet de la commune d’Arbonne-la-Forêt.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément