MONG Adèle

Par Jean-Louis Ponnavoy

Née le 4 avril 1894 à Saint-Palais (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques), massacrée le 27 août 1944 à Paris (XVIIIe arr.) sous le bombardement allemand ; infirmière ; victime civile.

Adèle Mong était la fille de Jean et de Gratianne Bercetibre, sans profession. Elle était célibataire et demeurait 170 boulevard Ney exerçant la profession d’infirmière à l’hôpital Bichat, à Paris (XVIIIe arr.)
Alors que la reddition de Paris venait d’être signée la veille, les allemands lancèrent un raid aérien sur la banlieue ainsi que sur le nord et l’est de Paris le 26 août 1944, vers 23 heures. L’attaque était menée par une centaine de bombardiers du IXe Fliegkorps de la Luftwaffe. Les appareils qui avaient décollé des aérodromes de Belgique, des Pays-Bas et du Nord-Est de Paris étaient chargés de bombes incendiaires et explosives. Leur objectif était de couper les voies d’approvisionnement de la capitale dans les banlieues sud et nord (Sceaux, Montrouge, Châtenay-Malabry, Villacoublay) mais des bombes tombèrent sur une partie de la ville.
L’hôpital Bichat situé au nord du XVIIIe arrondissement fut touché. Dix personnes, principalement des employés et infirmières de l’hôpital dont Adèle Mong furent tués. Elle décéda le 27 août à une heure trente.
Son nom figure sur la plaque commémorative 1939-1945 à l’hôpital Bichat.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article203954, notice MONG Adèle par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 30 mai 2018, dernière modification le 26 décembre 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : France-Crashes 39-45 26-27 août 1944-Bombardement de Paris, par Michel Coste.— site La Libération de Paris Le bombardement du 26 août.— Musée de la Résistance 1940-1945 en ligne La Luftwaffe bombarde Paris et la banlieue.— Mémorial Genweb.— État civil (actes de naissance et de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément