FONTAINE Monique [Née BONNISSEAU Monique, Ginette]

Par Michel Gorand

Née le 22 août 1950 à Neuvy-Pailloux (Indre) ; secrétaire générale de l’UPR-CFDT de Tours (1982-1989) ; membre du secrétariat des cheminots CFDT (1989-2003) ; représentante du personnel au conseil d’administration de la SNCF (1993-2003) ; secrétaire de l’UDAF-37 en 2010 puis présidente (2013-).

Fille de Maurice Bonnisseau, maréchal-ferrant et de Léonie Pelletier, son épouse, Monique Bonnisseau obtint son BEPC en 1965. Elle exerça un travail de vendeuse dans l’alimentation, en 1967, puis d’intérimaire à la poste de Neuvy-Pailloux avant d’entrer à la SNCF comme contractuelle au bureau des litiges en gare de Paris-Austerlitz. Elle suivait ainsi le même chemin que son frère, André Bonnisseau, entré comme apprenti à la SNCF quelques années plus tôt.

Ttitularisée comme factrice en 1969, elle fut affectée au service des facilités de circulation du réseau Sud-ouest. Mariée en mai 1971, elle fut mutée au triage de Saint-Pierre-des-Corps en novembre 1971, pour suivre son mari qui, cheminot lui aussi, était muté à Tours suite à la suppression de son poste. Elle travailla ensuite au bureau des facilités de circulation de la région de Tours, puis, sur sa demande, elle fut mutée en 1974, au bureau administratif de la section Equipement de Tours.

Monique Fontaine adhéra à la CFDT en 1975 et prit, très vite en charge, au niveau de l’union professionnelle régionale (UPR-CFDT) de Tours, le dossier de l’égalité professionnelle notamment sur les congés « soins aux enfants » pour les pères. En septembre 1980, elle faisait partie du groupe national des travailleuses qui, sur sa proposition, demanda que des travailleuses soient intégrées dans les groupes techniques nationaux (GTN) de cheminots, ce qui fut fait. Elle fit partie de l’équipe animatrice du groupe technique national (GTN) « Bureaux » jusqu’en 2003. En 1982, elle était secrétaire générale de l’Union professionnelle régionale (UPR-CFDT) des cheminots de Tours et le resta jusqu’en 1989.

Lors de l’assemblée générale de branche « cheminots » d’avril 1989 à Port-Leucate (Aude), elle fut élue au secrétariat des cheminots CFDT ; Yves Tasserie étant le secrétaire général. A ce titre, elle siégea au conseil de la Fédération générale des Transports et de l’Équipement (FGTE-CFDT). En 1991 elle suivit, avec la confédération CFDT, un cours de perfectionnement d’anglais, pendant quelques semaines.

Aux élections professionnelles de mars 1992, elle fut élue au comité d’établissement (CE) de la région de Tours, puis désignée trésorière du CE ; elle y siégera jusqu’en février 1993. En effet, lors des élections des représentants du personnel pour le conseil d’administration (CA) de la SNCF, en février 1993, la liste CFDT obtint plus de 28% des voix et 2 élus : Monique Fontaine et Yves Tasserie. Elle fut réélue à ce conseil d’administration lors des élections suivantes de février 1998 et elle y siégeait jusqu’en février 2003 : seule représentante pour la CFDT qui obtint 21% des voix, conséquence de la création de Sud-Rail.

Elle fut réélue également au secrétariat des cheminots lors de l’AG de branche de mai 1993 à Cauterets (Hautes-Pyrénées) ; Bruno Dalberto étant le secrétaire général, puis à nouveau lors de l’assemblée générale de novembre 1996 à Chambéry ainsi qu’à la suivante en mai 2000 à La-Bresse (Vosges) ; Denis Andlauer étant le secrétaire général. A la fin de son mandat d’élue au CA-SNCF, elle fut affectée, en mars 2003, à la Direction régionale de Tours comme chargée de mission sur le dossier « dirigeants de proximité ».

Elle partit à la retraite en août 2005 et poursuivit un engagement dans le milieu associatif ; en effet adhérente à « La Famille du Cheminot » depuis 1972, elle devint secrétaire de l’association départementale d’Indre-et-Loire à partir de 2004 puis présidente de cette association à partir de 2007. Elle l’était encore en 2018. Elle était secrétaire, en juin 2010, puis présidente à partir de janvier 2013 de l’Union départementale des associations familiales (UDAF) de l’Indre-et-Loire. Pratiquant le tir sportif depuis plus de 50 ans, elle devint responsable de la formation des jeunes du club de tirs de Monts (Indre-et-Loire) depuis 2003 puis trésorière du club en 2004 et en devint la présidente à partir de 2014.

Mariée depuis mai 1971 elle a deux filles et trois petits-enfants.

Monique Fontaine est chevalier de la Légion d’honneur, au titre du ministère des Transports (juillet 1998) ; elle est officier de l’Ordre du Mérite, au titre du ministère de la Famille (mai 2017). Elle reçut également la médaille de bronze de la Jeunesse et des Sports en 2009.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article204000, notice FONTAINE Monique [Née BONNISSEAU Monique, Ginette] par Michel Gorand, version mise en ligne le 31 mai 2018, dernière modification le 17 novembre 2021.

Par Michel Gorand

SOURCES : Arch. CFDT. —Michel Gorand in L’histoire de la fédération des cheminots CFTC puis CFDT depuis 1918, Créteil, 2016. — Correspondance avec l’intéressée en 2018.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément