OLIVIER André, Aimé

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 1er mars 1921 à Damelevières (Meurthe-et-Moselle), massacré le 30 janvier 1945 à Sonnenburg (Slonsk, Pologne) ; cheminot ; travailleur du STO ; victime civile.

André Olivier était le fils de Jules, employé des chemins de fer et de Jeanne Douillet. Il était célibataire et demeurait avec ses parents, à Damelevières. Il entra le 1er août 1942 à la SNCF comme auxiliaire en gare de Blainville-Damelevières (Meurthe-et-Moselle). Requis pour le STO, il fut envoyé le 1er juillet 1943 à la Deutsche Reichsbahn et affecté comme caleur, à la gare de Borgsdorf, au nord de Berlin. Le 18 août 1943, il fut arrêté avec son camarade Jean Alexandre* pour avoir volé un morceau de graisse dans un wagon avec l’intention de se faire cuire des pommes de terre. Les deux hommes furent incarcérés à la maison d’arrêt de Moabit à Berlin et condamnés à trois ans de travaux forcés. Peu après, il furent transférés à la forteresse de Sonnenburg, aujourd’hui Slonsk (Pologne) et affectés dans un kommando de travail, à Schwerin. Le 30 janvier 1945 devant l’avancée des troupes soviétiques, le kommando fut replié à Sonnenburg, où avec plus de 800 autres détenus dont le colonel Léon Faye du réseau Alliance, ils furent dans la nuit du 30 au 31 janvier 1945, abattus à la mitraillette par groupes de 10, par un kommando de 20 SS. Leurs corps furent ensuite incinérés au lance-flammes et laissés sur place où le 1er février des unités de la VIIIe armée soviétique découvrirent le massacre.
Il obtint la mention « Mort pour la France » le 28 mai 1946.
Son nom figure sur la plaque commémorative apposée sur le quai de la gare, à Blainville-Damelevières (Meurthe-et-Moselle).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article204217, notice OLIVIER André, Aimé par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 9 juin 2018, dernière modification le 1er juin 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Arnaud Boulligny dans Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial, sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF, Paris, 2017.— Mémorial Genweb.— Wikipédia et divers sites internet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément