LEUILLIER Aimé, Alexis

Par Gilles Pichavant

Né le 30 avril 1879 à Neuville-sur-Escaut (Nord), mort le 28 janvier 1942 à Dieppe (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; ouvrier verrier à Offranville (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), puis journalier ; syndicaliste CGTU.

Fils de verrier, Alexis Leuillier apprit le métier de verrier à la verrerie de Varimpré (Seine-Inférieure, Seine-Maritime). En 1899, année de son départ pour le service militaire, il travaillait à Incheville (Seine-Inférieure, Seine-Maritime).

Mobilisé le 6 août 1914, après avoir passé une longue période au front, il fut détaché à l’armée d’Orient, du 7 octobre 1916 au 15 décembre 1917, et en revint affecté par le paludisme et garda des séquelles de dysenterie. Il fut démobilisé le 13 févier 1919, et s’installa aux Essart-Varimpré où habitait sa mère. En 1923, il s’installa à Offranville (Seine-Inférieure-Seine-Maritime), où il intégra une verrerie, située à proximité de la gare, appartenant au groupe Brosse &Cie dont le siège social était à Paris, 8 rue Jules César, et qui possédait deux autres établissements : l’un à Eu (Seine-Inférieure-Seine-Maritime), et l’autre à Saint-Germer (Oise). La verrerie d’Offranville produisait des flacons pour la pharmacie, et employait 90 personnes dont 43 enfants de 13 à 16 ans, et trois femmes manutentionnaires.

Le 31 août 1923, Alexis Leuillier devint trésorier-adjoint de la section d’Offranville du syndicat unitaire des travailleurs du verre de Normandie, Le secrétaire du syndicat était Joseph Parisy ; secrétaire-adjoint Marie Rambure ; trésorier Eugène Teudar ; membres du bureau Armand Barthélémy et Lucien Caumont.

Il mourut à Dieppe, le 28 janvier 1942, à l’âge de 62 ans. A l’époque il était journalier à Dieppe, et habitait 23 rue Piquet.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article204375, notice LEUILLIER Aimé, Alexis par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 16 juin 2018, dernière modification le 6 juillet 2020.

Par Gilles Pichavant

SOURCES : Arch. Dep. de Seine-Maritime, cote 10M366, et registre matricule 1899, 1R3064, N°19 — La Vigie de Dieppe, 30 janvier 1942 — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément