BARTHÉLÉMY Joseph, Armand

Par Gilles Pichavant

Né le 31 décembre 1884 à Épretot (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; ouvrier verrier ; syndicaliste CGTU

Fils d’un journalier et d’une tisserande, Armand Barthélémy fut placé placé dans un orphelinat dans son enfance, sa mère étant morte le 16 avril 1891 au Houlme (Seine-inférieure, Seine-Maritime). Comme de nombreux enfants dans sa situation, il fut envoyé en apprentissage dans à la verrerie de Retonval (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), près de Blangy-sur-Bresle. Il y apprit le métier de verrier, mais sa conditions d’enfant placé le marquera à vie, et en fera vraisemblablement un écorché vif.

Au cours de son service militaire, il fut condamné, le 1er juin 1906, à 3 mois de prison pour bris volontaire d’arme. Libéré le 21 août 1906, il s’engagea malgré tout pour trois ans.

Démobilisé en 1908, il changea de nombreuses fois d’entreprises et de départements, ne semblant pas pouvoir se stabiliser. Octobre 1909, Saint-Maixent (Somme) ; juin 1909 : Cherbourg (manche) ; Octobre 1909, Abbeville (Somme) ; décembre 1909 : Choisy-le-Roi (Val de Marne) ; Mai 1910 : Épinay sur Seine (Seine-Saint-Denis) ; mais 1911 : Plessis-Dorin (Loir-et-Cher) ; décembre 1911 : Montataire (Oise) ; Février 1912 : Cuigy-en-Bray (Oise) ; 1er août 1914 : Saint-Ouen (Seine-Saint Denis).

Mobilisé le 4 août 1914, il fut affecté à l’artillerie. il changea une dizaine de fois de régiment. Le 11 mai 1918, il fut "condamné à six mois de prison pour désertion à l’intérieur en temps de guerre", mais l’exécution du jugement fut suspendu le 14 mai, par décision du général d’armée.

Après la guerre, Armand Barthélémy reprit son travail de verrier, et son errance géographique, n’arrivant toujours pas à se fixer durablement. Le 3 mars 1919 : Saint-Ouen ; juillet 1919 : Douai (Nord) ; mars 1921 : Le Quesnoy (Nord) ; juin 1921 (Cépoy (Loiret) ; janvier 1923 : St Germer-de-Fly Oise) où il intégra une verrerie appartenant au groupe Brosse &Cie dont le siège social était à Paris, 8 rue Jules César, et qui possédait deux autres établissements : l’un à Eu (Seine-Inférieure-Seine-Maritime), et l’autre à Offranville (Seine-Maritime). C’est sans doute pour cette raison qu’il se retrouva dans cette d’Offranville à l’été 1923, endroit qui n’est pas mentionné dans sa fiche matricule.

Le 31 août 1923, Armand Barthélémy devint membre du bureau de la section d’Offranville du syndicat unitaire des travailleurs du verre de Normandie. Le secrétaire de la section syndicale était Joseph Parisy (voir ce nom) ; secrétaire adjoint Marie Rambure ; trésorier Eugène Teudar ; trésorier adjoint, Leuillier Alexis ; autre membre du bureau Lucien Caumont.

De nouveau il resta peu de temps dans cette verrerie, car, à partir du 16 mars 1924, il habita à Eu (Seine-inférieure), au 137 chaussée de Picardie, où son errance semble s’être arrêtée, sa fiche matricule ne fournissant pas d’autres adresses. Peut-être y travailla-t-il dans la verrerie du groupe Brosse & Cie.

Le 29 août 1908 à Martainneville (Somme), Armand Barthélémy s’était marié avec Georgette Altrubert.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article204403, notice BARTHÉLÉMY Joseph, Armand par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 17 juin 2018, dernière modification le 17 juin 2018.

Par Gilles Pichavant

SOURCES : Arch. Dep. de Seine-Maritime, cote 10M366, et registre matricule 1904, 1R3160, N°347 — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément