MOY Julien, Ernest

Par Gilles Pichavant, Jean-Jacques Doré

Né le 13 août 1882 à Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), où il mourut le 18 mars 1947 ; couvreur-zingueur ; secrétaire du syndicat général CGT du Bâtiment de Rouen en 1920 et 1921 ; conseiller des Prud’hommes.

Fils de commerçants originaires du Havre, Julien Moy naquit à Rouen, rue du Champ des oiseaux, le 13 août 1882. Il devint couvreur-zingueur. Il fut initialement dispensé de service militaire comme fils ainé de veuve, mais à la suite d’une condamnation pour outrage et rébellion, le 13 mai 1902, son sursis fut annulé, et il intégra un régiment d’infanterie du 14 novembre 1903 au 22 septembre 1904.

Membre du bureau du syndicat CGT des couvreurs, plombiers, zingueurs en 1909, il fut avec Lucien Chardon l’un des acteurs de la fondation du syndicat général du Bâtiment de Rouen le 1er janvier 1910. Oscar Dufetelle en fut le premier secrétaire et Charles Giron lui succéda en 1911, l’organisation comptait alors 1 800 adhérents. Moy restait l’adjoint de Chardon secrétaire de la section couverture. À partir de 1912, il siégeait comme conseiller des Prud’hommes.

Mobilisé le 11 août 1914, il fut blessé par balle au cuir chevelu le 1er juin 1915 à Neuville-saint-Vaast (Pas-de-Calais), puis, de nouveau le 25 septembre suivant, "plaies par éclats de grenade à l’épaule gauche, au bras droit, et à la cuisse gauche" (il en garda une large cicatrice au front). Le 10 novembre 1915, il fut affecté spécial à la Fabrique rouennaise de cellulose au Grand-Quevilly près de Rouen. À la suite de la guerre, on lui attribua une pension de 15%, de 25% puis de 35% pour un "emphysème pulmonaire imputable au service" qui se transformera en bronchite chronique.

Démobilisé le 9 mars 1919, il rejoignit aussitôt le syndicat général du Bâtiment de Rouen. Réactivé par Chardon dès 1916, il comptait près de 1500 adhérents répartis en 8 sections ( 5 de spécialités, peinture, maçonnerie, couverture, charpente, terrasse et 3 géographiques, Grand-Quevilly, Oissel, Saint-Etienne-du-Rouvray). Membre du bureau de la section couverture élu le 1 avril 1919 (Chardon était secrétaire, Julien Moy secrétaire adjoint, Eugène Houdeville trésorier et Émile Seguin trésorier adjoint), il succéda à Lucien Chardon, vivement critiqué pour son attitude lors des grèves de mai, le 20 juin 1920 au secrétariat du syndicat général, assisté de Georges Cognard secrétaire adjoint, Jules Morgand trésorier et Gabriel Gervais trésorier adjoint.

Sous son impulsion, le syndicat avait pris l’initiative d’un timbre de solidarité au prix de 2,5 frs, "afin de faire face aux dépenses occasionnées par l’achat" d’un immeuble à Rouen, "et d’y faire toutes les transformation nécessaires" pour en faire une Maison du Peuple. Le 28 septembre 1920, une lettre signée de lui fut lue à la fin de la 1ère séance de la 2e journée à la tribune du XXIe congrès national corporatif d’Orléans, demandant aux congressistes de la CGT d’acheter chacun un timbre. Il fut présenté à tort comme étant le secrétaire de la Bourse du travail de Rouen (en fait Alfred Martin).

Dès lors, il ne put empêcher l’hémorragie de militants ; les minoritaires prirent le contrôle de l’organisation en avril 1921. Julien Moy cessa de militer mais il conserva son mandat de conseiller Prud’hommes jusqu’en 1923. Au 7ème congrès de l’Union départementale tenu à Dieppe le 3 juillet 1921 le nouveau secrétaire Georges Cognard ne représentait plus que 344 militants.

Le 13 août 1910, Julien Moy s’était marié à Rouen avec Joséphine Gangloff. Le 11 mai 1920, à Rouen, il se remaria avec Florentine Ménard. Le 26 novembre 1946, il se remaria avec Anne-Marie Collemont. En 1919 il habitait 170 rue Eau-de-Robec et en 1928 25 rue Sadi Carnot au Mesnil-Esnard près de Rouen.Il mourut le 18 mars 1947 à Rouen.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article204543, notice MOY Julien, Ernest par Gilles Pichavant, Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 14 octobre 2022, dernière modification le 14 octobre 2022.

Par Gilles Pichavant, Jean-Jacques Doré

SOURCES : IHS CGT, XXIe Congrès national corporatif (XVe de la C.G.T.), Orléans, 27 septembre-2 octobre 1920. — Arch. Dép. de Seine-Maritime, État civil, Matricule militaire 1902, 1R3120, N°475, 10 MP 1197 Élections prudhommales, 10 MP 1407 Bureaux syndicaux 1920. Arch. com. Rouen 7 F3 Syndicats du bâtiment et Bourse du travail.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable