DE SEYNES Catherine épouse BAZAINE (provisoire)

Née le 16 novembre 1930 à Paris, morte le 2 septembre 2012 à Bénodet (Finistère) ; comédienne, auteure, méteuse en scène.

Catherine De Seynes est une figure essentielle de la décentralisation théâtrale, du théâtre populaire, et de la volonté d’utiliser le théâtre dans la monde ouvrier, même au service de la dignité des populations touchées par la très grande pauvreté.
Née à Paris en 1930, Catherine de Seynes se lança dans le théâtre en dépit des réservés de son père. Elle prit des cours auprès d’un professeur, puis entra à l’école de théâtre de la rue Blanche. En 1953, elle intégra la comédie de Saint-Étienne dirigée par Jean Dasté, pionnier de la décentralisation théâtrale. Elle fit alors la connaissance du peintre abstrait Jean Bazaine (1904-2001), figure majeure de l’École de Paris, qui devint son mari. Baziane était un grand ami de Dasté. Le couple eut un fils, Jean-Baptiste.
Revenue à Paris pour vivre avec son mari, elle intégra le studio des Champs Élysées dirigé par Maurice Jacquemont et travailla aussi sous la direction de Jean Vilar,.

De 1963 à 1967, elle donna des cours de théâtre, avec le père Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart-monde, notamment auprès des enfants du bidonville de Noisy-le-Grand (Seine, Seine-Saint-Denis). Elle écrivit plus tard : "Ce qu’ils préféraient, c’était les tragédies grecques. La plus belle interprétation d’Antigone que j’ai vu ce fut là-bas, avec une petite fille d’origine gitane."
Catherine de Seynes joua également à la télévision et au cinéma, dans sept films et téléfilms, notamment dans Muriel ou le Temps d’un retour (1963) et La guerre est finie (1966) d’Alain Resnais, ainsi que plus tard dans La poule de Luc Béraud (1971) ou Omar m’a tuéde Roschdy Zen.

Pendant Mai-Juin 68, elle participa à l’occupation de l’Odéon. En 1970, elle écrivit la pièce Femme qu’elle créa avec le musicien Gilles Petit. Quatre années plus tard, elle écrivit et mit en scène Couples. Entre temps, elle s’installa à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et y anima des ateliers de théâtre auprès des ouvriers. La pièce Apartheid, co-écrite avec sa sœur Anne de Seynes fut jouée par quatre ouvriers et par quatre comédiens professionnels.
En 1972, elle créa la Compagnie des quatre chemins, avec laquelle elle mit en scène et joua une vingtaine de spectacles.

En 1994, elle fonda l’association Le Chariot pourpre. Elle fit tourner cinq expositions sur l’histoire du théâtre partout en France. En parallèle, elle créa, avec Edwine Moatti, l’idée d’un chariot que traîne une comédienne de ville en ville. Ainsi naquirent cinq spectacles rendant hommage aux auteurs, écrivains, poètes, des cinq périodes des expositions.

Spécialiste du Théâtre de la Foire, elle intervint dans l’Université d’Automne de la Chanson du Hall de la Chanson (Marseille 2008) et elle fut l’un des guides des Routes de la Chansons.

Catherine de Seynes-Bazaine mourut le dimanche 2 septembre 2012 à Bénodet, suite à un AVC.
Une des ses amies le décrivait ainsi à l’occasion de son décès : "C’était une personnalité extraordinaire ! Elle était très soupe au lait, mis d’une grande générosité. Une femme passionnée et talentueuse" (Marie-France Drezen).
Un autre écrivait : " Sa carrière n’en sortit pas complètement indemne [de son éloignement de Paris], l’intelligentsia parisienne goûtant peu le départ de cette comédienne talentueuse pour éduquer au théâtre des ouvriers.
C’est certainement ce souci d’un art pour tous qui l’a amenée à développer son projet d’histoire du théâtre et à promener ses expositions à travers toute la France. Elle aimait y rappeler le côté populaire du théâtre, des farces du moyen-âge notamment et de l’âge d’or du théâtre sous l’Empire, avec le Boulevard du crime.#

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article204629, notice DE SEYNES Catherine épouse BAZAINE (provisoire), version mise en ligne le 25 juin 2018, dernière modification le 11 décembre 2020.

OEUVRE : On n’a pas le temps. Création collective en milieu ouvrier à Saint-Nazaire, 1975-1977, Maspero, 1978, 230 p.

SOURCES : Ouest-France, septembre 2012. — Renseignements communiqués par son fils Jean-Baptiste. — http://www.lehall.com/consultez-l-histoire/artistes/catherine-de-seynes-bazaine-nous-quittes

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable