COMMEUREC Honoré, François

Par Claude Geslin, Armand Rébillon et Patricia Sorel

Né le 12 décembre 1878 à Rennes (Ille-et-Vilaine), mort en déportation le 13 février 1945 au camp de Neuengamm (Allemagne) ; typographe ; militant syndicaliste d’Ille-et-Vilaine.

Fils de François Marie Commeurec, ouvrier cordonnier, er de Marie Lavigne, journalière, Honoré Commeurec avait le certificat d’études primaires supérieurs. Il fut apprenti typographe dès l’âge de douze ans à l’imprimerie Caillot, petite entreprise qui éditait le quotidien républicain L’Avenir d’Ille-et-Vilaine. Ouvrier d’élite, tôt mêlé à l’action syndicale, il adhéra le 1er mars 1899 à la 78e section de la Fédération du Livre et devint aussitôt secrétaire du syndicat à Rennes. Jusqu’en 1914, il fut l’un des plus actifs militants de l’Union locale et de l’UD. Il fit son service militaire dans l’infanterie à Guingamp.

En 1904, Commeurec entra à l’imprimerie Oberthür de Rennes, l’une des plus importantes imprimeries de France, adjudicataire de la fourniture de plusieurs administrations publiques dont celle des PTT. Au cours de la campagne décidée en 1906 par la Fédération du Livre pour la conquête de la journée de neuf heures, le syndicat que dirigeait Commeurec avait obtenu que la préfecture d’Ille-et-Vilaine imposât à l’adjudication de ses fournitures d’imprimés l’adoption de la journée de neuf heures par application de la loi Millerand-Colliard. La maison Oberthür, adjudicataire habituel, n’ayant pas respecté cette obligation, Commeurec s’employa avec succès à faire résilier son marché, mais, par représailles, il fut congédié en 1908 avec dix de ses camarades. Il travailla alors quelques mois à Fougères à l’imprimerie Saffray, puis revint à Rennes à l’imprimerie des Arts et Manufactures dirigée par Crépin-Leblond qui devint son ami. En 1911, Commeurec fut un des fondateurs de la Maison du Peuple de Rennes - voir P. Beaupérin*.

Commeurec appartenait à la section du Parti socialiste SFIO et fut secrétaire adjoint de la section de Rennes en 1914. En 1908, il avait été l’un des six socialistes élus au conseil municipal de Rennes sur la liste du bloc des gauches. Il resta conseiller municipal jusqu’en 1935.

Il fut aussi candidat socialiste aux élections législatives de 1914 dans la première circonscription de Saint-Malo, au conseil général en 1913 dans le canton de Rennes sud-est et en 1928 dans le canton de Rennes nord-ouest. En 1934, il fut élu conseiller d’arrondissement dans le canton de Rennes sud-ouest. En tête au premier tour avec 2 593 voix contre 2 359 au républicain indépendant Dupuy et 387 au communiste Drouillas, il l’emporta au deuxième tour avec 3 038 voix ; il remplaça le socialiste David qui ne s’était pas représenté pour raisons personnelles.

À son rôle important dans le mouvement syndical et socialiste rennais, Commeurec en joignit de bonne heure un autre qui absorba le principal de son activité. En 1910, avec quelques camarades, il avait fondé à Rennes une coopérative ouvrière de production, « L’Imprimerie nouvelle » dont les difficiles débuts furent interrompus par la guerre de 1914. Mobilisé au 75e régiment territorial, il demeura au front pendant toute la guerre et fut fait prisonnier en septembre 1918.

À son retour de captivité, il se trouva que son ancien patron Crépin-Leblond, décidant de se retirer, céda son entreprise en viager à onze de ses anciens ouvriers coopérateurs de l’Imprimerie nouvelle dont Commeurec. Cette nouvelle coopérative ouvrière prit le nom d’Imprimeries réunies. Commeurec la dirigea jusqu’à son arrestation en 1944. L’entreprise devint l’une des plus importantes entreprises rennaises et rendit de grands services au mouvement ouvrier et socialiste du département : elle édita le Semeur d’Ille-et-Vilaine, organe hebdomadaire de l’UD depuis 1918, et l’Aurore d’Ille-et-Vilaine organe hebdomadaire de la Fédération départementale SFIO depuis 1922. Il demeura gérant du journal de décembre 1926 à juin 1928.

Membre des différentes commissions de l’Union départementale CGT, Commeurec suivait particulièrement la commission du journal, le Semeur d’Ille-et-Vilaine. Il fut président de la Chambre syndicale des ouvriers du livre de Rennes.

Il fut l’un des principaux dirigeants du mouvement coopératif ouvrier, administrateur de la Fédération nationale des coopératives de France et président de la Fédération des coopératives de l’Ouest.

Après la défaite de 1940, les Imprimeries réunies devinrent l’un des principaux foyers de résistance à Rennes, un centre d’impression et de distribution de publications clandestines. A partir de 1941, Commeurec commença par fabriquer de faux papiers pour les soldats évadés, avec le typographe Marcel Besnard, à partir des modèles fournis par Gasch et le dessinateur lithographe Dehalay. En aout 1943, Commeure fut recruté par André Heurtier et devint agent de liaison du réseau Bordeaux-Loupiac. Il fut président du Comité départemental de Libération clandestin. Il fut arrêté par la Gestapo le 8 février 1944. Le 29 juin 1944, il fut déporté au camp de Neuengamm (Sandbostel), après avoir été torturé. Il y mourut le 13 février 1945.

La ville de Rennes a donné son nom à l’ancienne place de la Halle-aux-Blés. Commeurec fut décoré de la médaille de la résistance et reconnu "Mort pour la France". Il fut également fait chevalier de la légion d’honneur.

Honoré Commeurec s’était marié le 16 octobre 1903 avec Marie Boucherie.
Le couple eut un fils Honoré, né en 1905, qui devint ingénieur et travailla à la SNCF. Commeurec se remaria en secondes noces le 10 septembre 1910 à Rennes avec Julia Délalandes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article20480, notice COMMEUREC Honoré, François par Claude Geslin, Armand Rébillon et Patricia Sorel, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 1er mai 2021.

Par Claude Geslin, Armand Rébillon et Patricia Sorel

SOURCES : Arch. Nat. F7/13567 et F7/13603. — Arch. Dép. Ille-et-Vilaine, 3 Md 34. SHD GR 16 P 139608. - L’Aurore d’Ille-et-Vilaine. — Le Semeur d’Ille-et-Vilaine
Paul Chauvet. La Résistance chez les fils de Gutenberg dans la Deuxième Guerre mondiale. Paris : à compte d’auteur, 1979, p. 235-236. - Renseignements fournis par le fils de H. Commeurec et par M. Fritz ou directement connus par A. Rébillon. — État civil de Rennes en ligne cote 2E86, vue 264.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément