COMNÈNE Marie-Anne [née STEPHANOPOLI de COMNÈNE, dite, épouse CRÉMIEUX]

Née le 3 décembre 1892 à Cargèse (Corse), morte fin novembre 1978 à Cargèse ; écrivain ; membre du Comité national des écrivains (CNE) et du PCF.

Fille de Pierre Stephanopoli de Comnène et d’une mère née Santa Leca Colonna, Marie-Anne Comnène fit des études à la Faculté des lettres de Florence et à la Sorbonne.

Épouse de l’écrivain Benjamin Crémieux (1888-1944), elle eut une production littéraire conséquente dès le milieu des années 1930. Après la mort de son mari en déportation en avril 1944, elle poursuivit sa tâche de traduction du théâtre de Pirandello.

Membre du CNE et du PCF, elle collabora aux Lettres françaises et publia chez Gallimard et aux Éditeurs français réunis. Elle collabora à Candide.

Domicilée à Paris (Ve arr.), elle avait une maison à Cargèse où elle mourut en 1978.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article20484, notice COMNÈNE Marie-Anne [née STEPHANOPOLI de COMNÈNE, dite, épouse CRÉMIEUX], version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 27 février 2010.

ŒUVRE : Rose Colonna, Gallimard, 1930. — Violette Marinier, Gallimard, 1931. — Le Bonheur, Gallimard, 1932. — Été, Gallimard, 1933. — L’Ange de midi, Gallimard, 1934. — Arabelle, Gallimard, 1934. — La Vie commence (Arabelle II), Gallimard, 1935. — Arabelle-femme (Arabelle III), Gallimard, 1936. — L’Homme aux yeux gris, Gallimard, 1937. — Grazia, Gallimard, 1938. — La Surprise, Gallimard, 1941. — France, Gallimard, 1945. — Fin d’Arabelle, Gallimard, 1946. — Gaïa jeune fille grecque, 1948. — Cargèse, une colonie grecque en Corse, Les Belles lettres, 1959. — Adaptation française de plusieurs pièces de Luigi Pirandello.

SOURCES : Sites Internet. — Renseignements communiqués par Patrick Ramseyer et Nicole Racine.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément