ROGIER James. Pseudonymes BERNARD, JACK, LEQUELLEC Jean-Marie

Par Claude Pennetier

Né le 11 octobre 1913 à Robert-Espagne (Meuse) ; fusillé le 22 mai 1945 pour coopération avec les police française et allemande ; fraiseur-outilleur ; militant communiste ; résistant.

Marié, père de deux enfants, James Rogier, militant communiste clandestin habitait 6, rue de la Reine Astrid à Nantes. Inter-régional au Bureau militaire Bretagne Normandie en février 1943., il ravitaillait en armes, en munitions et en explosifs tout l’Ouest de la France. Il complétait le triangle de direction formé par les inter-régionaux militaires donc d’Alex Auvinet. Il était caché par Cécile Bardin qui fut également arrêtée. Il avait une fausse carte au nom de Jacques.
Il semble avoir été arrêté dans la nuit du 7 au 8 mars 1942 en même temps que Émile Debonne et Émile Derruau. Torturé, il parla et fut utilisé par la SPAC.
Léon Renard lui succéda comme responsable politique communiste et fut lui-aussi arrêté et retourné provoquant de nombreuses chutes.
La justice le condamna à mort le 22 mars 1945. Il fut fusillé le 22 mai 1945.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article205055, notice ROGIER James. Pseudonymes BERNARD, JACK, LEQUELLEC Jean-Marie par Claude Pennetier, version mise en ligne le 12 juillet 2018, dernière modification le 6 mars 2021.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Finistère, 208 J 72, fonds Alain Le Grand. — Notes de Alain Jégou.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable