TASSEL François, "Gilbert"

Par Serge Tilly

Né le 19 juin 1918 à Lannion (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) ; livreur, marchand de poissons, entrepreneur ; résistant FTPF (Francs Tireurs et Partisans Français), commissaire aux effectifs.

Fils de François, Marie Tassel, né en 1897 à Plouguiel (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor), teilleur de lin, cimentier dans l’entreprise Kerambrun, décédé en 1963 à Caumont-sur-Durance (Vaucluse) et de Marie, Perrine Derrien, née en 1881 à Ploubezre (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) décédée en 1968 à Ploubezre (veuve de Maurice Le Chalony, tué au cours de la guerre 1914-1918), filandière.
Après avoir demeuré chez ses parents rue de Buzulzo à Lannion, François Tassel demeurait durant l’occupation dans la côte menant au bourg de Ploubezre sur la route de Lannion.
François Tassel épousa Anne, Yvonne, Marie, Perrine Lozahic originaire de Ploubezre le 29 septembre 1941 à Tonquédec (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor), le couple eut trois enfants.
En 1936 au cours du recensement à Lannion, Perrine Derrien fut teilleuse de lin, François Tassel teilleur de lin.
En septembre 1939 il fut mobilisé et rejoignit son unité du train sanitaire à Gargeonville (Seine-et-Oise ; Yvelines) puis aux ambulances chirurgicales à Beauvais (Oise). Il fut démobilisé à Toulouse (Haute-Garonne), rejoignant son domicile à Ploubezre.
Les Allemands arrivèrent à Lannion le 20 juin 1940, ils s’installèrent principalement au terrain d’aviation de Servel, mettant en place une base de la Luftwafe dans le but de pouvoir aller bombarder les côtes anglaises. Servel (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) près de Lannion étant la partie la plus avancée de Bretagne vers l’Angleterre. Beaucoup de jeunes y travaillèrent à la mise en place de la base.
François Tassel eut un contact avec Roger Barbé qui fut arrêté avec son groupe le 29 décembre 1940 sur dénonciation à Lannion. Roger Barbé mis en place dans le secteur de Lannion le premier groupe de Résistance appelé : "Groupe Roger Barbé - Maurice Robert". Roger Barbé fut condamné à la peine de mort par un tribunal militaire allemand et fusillé le 4 octobre 1941 Au camp de La Maltière à Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine) près de Rennes.
François Tassel fut l’Initiateur d’un groupe de Résistants des Francs-Tireurs-et-Partisans-Français les FTPF dans le secteur de Ploubezre, il fut en relation avec le responsable du Front National pour la Libération et l’Indépendance de la France Maurice Barré, un industriel propriétaire d’une laverie industrielle et d’un teillage de lin à Kerguiniou en Ploubezre.
Nommé commissaire aux effectifs, son groupe assuma la distribution de tracts et de journaux clandestins en particulier "Les Patriotes de Côtes-du-Nord" dans le secteur et le recrutement d’autres FTPF.
Au mois d’avril 1944, Marcel Diguerher devint l’adjoint de François Tassel, sous sa responsabilité un maquis s’installa à Kerguiniou en Ploubezre et Milin-Paper en Tonquédec dans un secteur retiré des grands axes routiers, boisé en bordure d’une rivière.
Le 1er février 1944, quatre FTP du groupe Jean Jacob, Jean Houssier, Jean Noë et Yves Edeyer réquisitionnèrent les tickets d’alimentation et du matériel pour fabriquer des faux papiers à la mairie de Ploubezre.
Le 3 mars 1944 à Maël-Pestivien (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor), eut lieu le premier parachutage d’armes dans le département. Une partie de cet armement fut amené à Loc-Envel (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) en camionnette par Eugène Cazoulat et Pierre Louis Menguy, tous deux de Callac (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor), puis entreposée dans un bosquet entre Milin-Bastien et la ferme de chez Faucheur à la sortie du bourg en direction de Plounévez-Moëdec (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor). Paul Nogré eut la responsabilité de répartir ces armes dans une grande partie du Trégor (sur les cantons de Belle-Isle-en-Terre, Lannion, Bégard, Plestin-les-Grèves, Plouaret, Perros-Guirec (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor)) où elles furent prises en charge par les différents responsables de groupes FTP.
Quelques jours plus tard, vers le 15 mars 1944, François Tassel et son groupe (Marcel Diguerher, Maurice Barré, Yves Trédan, Louis Quérec, Edouard Chapiseau...), en camion allèrent récupérer les armes à Loc-Envel (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) à 35km de la base de Kerguiniou, elles furent entreposées en partie chez le minotier Eugène Quérrec à Milin-Paper tout près de Kerguiniou en Tonquédec et pour le reste dans la maison habitée par Amédée Prigent sur une île à Kerguiniou entre Tonquédec et Ploubezre.
Le 5 avril 1944, des FTPF du groupe sabotèrent la voie ferrée de la ligne départementale du train de la ligne Lannion - Perros-Guirec près de la halte de Saint-Marc à Pen-ar-Biez en Buhulien, elle fut rapidement remise en état.
Le 1er mai 1944, des FTP du groupe dont Marcel Diguerher détruisirent à l’aide d’explosifs 4 pylônes Haute-Tension à Maison-Blanche "Ty-Guen" en Ploubezre.
Le 3 mai 1944, avec Marcel Diguerher, Armand Tilly et son beau frère Eugène Le Lagadec ils réquisitionnèrent avec succès du tabac dans un entrepôt à Kerampont en Lannion, ce tabac fut entreposé à Kerguiniou.
Le 23 mai 1944, avec son groupe en camion il allèrent envoyer des armes au groupe de FTP "Hector" du secteur de Noyal (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor), distant de 90km de la base de Kerguiniou. Ce jour là le maquis de Kerguiniou fut surpris par l’arrivée de feldgendarmes venus de Plouaret, deux FTP, Yves Le Cudennec et Amédée Prigent furent tués au cours d’un combat, un troisième Yves Derriennic fut blessé, arrêté puis massacré le 11 juillet 1944 à Malaunay en Ploumagoar (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor). Un jeune réfractaire FTP de Ploubezre qui révéla aux allemands l’emplacement du maquis fut à l’origine de l’arrivée de ceux-ci. Au retour de leur mission François Tassel et son groupe prévenus à temps ne tombèrent pas dans le piège. Une stèle rappelle cet événement tragique.
Vers le 15 juin 1944, François Tassel fut arrêté par les allemands au cours d’une mission à Plésidy au sud de Guingamp (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) en compagnie d’un camarade. Emmenés à Guingamp il furent libérés quelques jours plus tard.
Le 19 juin 1944, une opération de police se déroula au bourg de Ploubezre, la maison de François Tassel fut pillée et incendiée.
Peu de temps après l’incendie de leur maison, la famille de François Tassel, Yvonne et ses deux fils se réfugièrent chez la famille Bonniec à Roudevine en Cavan (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor).
Le 22 juin 1944, François Tassel rendit visite à sa famille à Roudevine, alors qu’ils furent attablés avec Franz Petrei le déserteur autrichien et Jean Page "Petit Page", les Allemands arrivèrent par surprise. Le groupe de Résistants pu s’échapper, mais les deux filles de la famille Bonniec furent arrêtées ainsi que l’épouse de François Tassel, Yvonne. La maison fut pillée et incendiée. Les trois femmes furent conduites à la feldkommandantur de Lannion et le lendemain envoyées à Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) au siège de la Gestapo rue Lamartine et martyrisées, quelques jours plus tard elles furent relâchées.
Au cours du mois de juin et du mois de juillet 1944, François Tassel participa à Prat et à Pluzunet (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) à la réception d’armes et fonds (destinés aux permanents) parachutés par l’aviation alliée. Armes réparties dans différents groupes FTP du secteur de Lannion, Plouaret et Bégard (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor).
A la fin du mois de juillet 1944, François Tassel fut nommé Commandant du secteur Nord I, prenant le nom de Commandant Gilbert.
Le 6 août 1944, de son PC de Kerfons en Ploubezre, François Tassel confia les opérations de Libération du secteur de Lannion (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) à Corentin André, le futur capitaine Maurice. Corentin André assuma avec succès les opérations. Les hommes qui combattirent à ses côtés en auront le plus grand respect.
Après la Libération de tous les secteurs le 20 août 1944, François Tassel fut affecté dans une unité stationnée à Quintin (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor), il fit un court passage le 23 octobre 1944 sur le Front de Lorient dans le but de recruter des jeunes FFI pour partir au Maroc assurer l’occupation coloniale. Les jeunes FFI soudés autour de leurs responsables déclinèrent l’invitation. François Tassel séjourna quelques temps au Maroc avec son unité.
A son retour, François Tassel changea de profession. Il mis en place une entreprise de travaux publics assurant pour les communes la réfection et l’entretien des routes. En relation avec cette profession il exploita une carrière à Bégard (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor), concassant les pierres extraites pour son entreprise, mais aussi pour d’autres. Il construisit une maison sur la route de Kerginiou en Ploubezre.
François Tassel fut membre de l’ANACR jusqu’en 1985, date à laquelle il démissionna. En 1993, il créa une amicale : "l’Amicale des Maquisards et Résistants du Secteur Nord I des Côtes-du-Nord" regroupant autour de lui quelques résistants. Aucun membre de l’ANACR ne le rejoindra. Il assumera la présidence de cette amicale jusqu’à son décès en 2016.
En 2010, les mémoires de François Tassel "Pour la France" écrites par Jean-Claude Le Guéziec membre de l’Amicale furent éditées sous la forme d’une brochure.
François Tassel décéda le 14 décembre 2016 au bourg de Ploubezre, il avait 97 ans.

Site du comité de l’ANACR de Lannion

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article205071, notice TASSEL François, "Gilbert" par Serge Tilly, version mise en ligne le 13 décembre 2019, dernière modification le 4 juin 2021.

Par Serge Tilly

SOURCES : Archives Départementales des Côtes d’Armor ; Archives de l’ANACR ; archives de Marcel Diguerher ; archives d’Amand Tilly ; archives d’Yves Trédan transmises à l’ANACR par sa soeur Thérèse.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément