AIRIAU Élie, Jean, Joseph

Par Claude Pennetier

Né le 17 mai 1895 à Limouzière (Loire-inférieure, Loire-Atlantique) ; cultivateur ; déporté mort le 8 avril 1944 à Bergen-Belsen (Allemagne).

Fils de Jean Airiau, cultivateur et de David Victorien, Elie Airiau se maria à Limouzière avec Juliette Chevalier. Combattant de la Première guerre mondiale, il obtint le Croix de guerre. Il fut cultivateur dans sa ville natale.
Il était décrit ainsi : cheveux grisonnants, yeux marrons, front haut, visage long, 1m70.
La police allemande l’arrêta le 17 octobre 1943 pour avoir hébergé un aviateur américain qui avait quitté son avion en parachute. Interné à la prison de Nantes le 2 novembre 1943, il fut conduit à Compiègne et déporté le 14 décembre vers Buchenwald. Il mourut le le 8 avril 1944 à Bergen-Belsen (Allemagne).

Il fut d’abord considéré comme "déporté politique", puis sa veuve ayant obtenu une attestation du réseau "Marie-Odile" disant qu’il était résistant depuis le 17 septembre 1942 comme agent P2, il fut reconnu en 1950 comme "déporté résistant".
Il ne doit pas être confondu avec son homonyme Élie Airiau fusillé à Angers.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article205122, notice AIRIAU Élie, Jean, Joseph par Claude Pennetier, version mise en ligne le 17 juillet 2018, dernière modification le 30 juillet 2018.

Par Claude Pennetier

SOURCE : AVCC, 21 P 417 039

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément