RICARRERE Joseph

Né le 20 septembre 1917 à Sault-de-Navailles (Basses-Pyrénées), mort le 13 juin 1944 à Aire-sur-l’Adour (Landes) ; gardien au camp de Mestade ; victime civile.

Joseph Ricarrère était le fils de Basile Ricarrère, journalier et d’Irma Catherine Delas, ménagère. Il était célibataire au moment des faits et habitait dans la commune d’Aire-sur-Adour où il était gardien au camp de Mestade.
Suite à l’attaque du 12 juin à l’encontre d’un camion allemand, une répression s’abattit sur la population d’Aire-sur-l’Adour.
Le 13 juin 1944, un convoi allemand se dirigea vers la ville à la recherche de résistants responsables de l’attaque de la veille. Au soir du 13 juin 1944, Joseph Ricarrère fut arrêté et conduit avec un autre aturin devant un officier allemand pour vérifier son identité. Finalement, il fut conduit sur le « chemin creux » quartier des Arrats où après avoir creusé sa tombé il fut sommairement exécuté puis mis dans le trou. Il était accompagné de Stouvenel Marcel. Une autre version tend à dire qu’il était encore vivant lorsqu’il fut enterré.
Son corps fut retrouvé le 17 juin 1944.
Son nom figure sur une plaque commémorative érigée en bordure de la N 124 à 4 km au nord du pont sur l’Adour, en direction de Mont-de-Marsan, où l’on peut lire "Ici le 13 juin 1944 à 180 mètres à gauche du chemin creux, deux patriotes ont été martyrisés et fusillés par les Allemands après avoir creusé leur propre tombe."
Le 19 septembre 1945 est mentionné sur le registre des décès que Joseph Ricarrère est une victime civile « Mort pour la France ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article205138, notice RICARRERE Joseph, version mise en ligne le 18 juillet 2018, dernière modification le 11 février 2021.

SOURCES : Arch. CPRD, classeur 27 armoire 1.— G. Dupau et F. Campa, Résistance et déportation 1940-1944 dans les Landes par les stèles, les plaques et les monuments, éditions Gascogne, Orthez, 2004.— Corps Francs de la Libération, Historique de la Résistance à Aire-sur-l’Adour, décembre 1944.— Arch. mun d’Aire-sur-l’Adour, registre des décès.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément