LUCAS André

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Né le 30 juillet 1925 à Maël-Carhaix (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor), mort en action, tué par les Allemands le 6 juin 1944 à Plogastel (Finistère) ; FTP du groupe de patriotes Marceau.

Fils d’Alexandre Lucas et de Marie Le Bozec, André Lucas était célibataire.
Élève de philosophie sciences au lycée la Tour-d’Auvergne de Quimper où il réside au 6 rue Yan d’Argent.
Le 6 juin 1944 se trouvant en patrouille avec un camarade sur la route d’Audierne (Finistère) à 19h au lieu dit Le Paradis en Plogastel Saint-Germain (Finistère), ils rencontrèrent deux sous-officiers allemands avec lesquels ils échangèrent des coups de feu. André Lucas fut tué d’une balle au coeur, d’abord inhumé par les Allemands sur le territoire de la commune de Plonéis (Finistère), il fut exhumé pour être transféré le 25 septembre 1944 au cimetière de Maël-Carhaix.
>André Lucas avait 19 ans, son nom figure sur Le Monument de la Déportation et de la Résistance, La Pie en Paule.
.
Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article205155, notice LUCAS André par Alain Prigent, Serge Tilly, version mise en ligne le 19 juillet 2018, dernière modification le 29 mars 2021.

Par Alain Prigent, Serge Tilly

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor, 2W236. – Alain Prigent et Serge Tilly, L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944, Les Lieux de Mémoire, Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, n°10 (2004) et n°11 (2005).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément