REDON Auguste

Par Jean-Noël Dutheil

Né le 13 août 1866 à Montluçon (Allier), mort le 24 janvier 1918 à Montluçon ; jardinier, ouvrier d’usine, restaurateur ; militant du Cercle Collectiviste de Jean Dormoy* ; syndicaliste ; conseiller municipal socialiste de Montluçon en 1900, 1908 et 1912.

Fils d’un vigneron, Auguste Redon exerça d’abord la profession de jardinier puis il fut, pendant de longues années, ouvrier d’usine à la Compagnie Châtillon Commentry, devint chef d’équipe d’après le recensement de 1906. À 21 ans, il adhèra au Cercle Collectiviste de Jean Dormoy, la même année, il s’engagea dans les Zouaves et fit la Campagne de Tunisie du 14 novembre 1887 au 19 septembre 1890. Le 16 janvier 1892, il épousa une lingère, Marie Delbard, dont il eut deux enfants, son fils Jean Georges tomba dans la tourmente de la 1ère guerre mondiale. Il fut victime de plusieurs accidents du travail dont un particulièrement grave où il échappa à la mort, sa tête fut en partie broyée. Il fit son devoir en groupant ses camarades dans son syndicat.
Adhérent du Parti Socialiste, il entra au Conseil municipal de Montluçon en 1900, il fut réélu en 1908 et 1912, selon le maire socialiste, Paul Constans, il eut le souci de remplir son mandat en toute conscience et avec le plus grand désintéressement. Restaurateur au 56 rue de Moulins, quartier des Cordeliers, il y décéda le 24 janvier 1918, Paul Constans lui rendit hommage dans le Combat Social du 3 février 1918.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article205166, notice REDON Auguste par Jean-Noël Dutheil, version mise en ligne le 19 juillet 2018, dernière modification le 19 juillet 2018.

Par Jean-Noël Dutheil

SOURCES : Arch. Dép. de l’Allier, 1R665, recensements de population 1906 et 1911¬, archives privées, fonds Dormoy. — Nécrologie signée P.C. Le Combat Social, 3 février 1918.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément