BARRAIRE Francisque, Louis [pseudonyme dans la résistance : Ernest]

Par Eric Panthou

Né le 1er février 1904 à Perrier (Puy-de-Dôme), mort le 7 avril 1945 à l’Hôpital de Spire ou le 18 mai 1945 à Vaihingen (Allemagne) ; ouvrier aux usines Michelin (Clermont-Ferrand), membre du Parti communiste, résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP), déporté à Dachau en juillet 1944.

Fils de Jean, cultivateur, et de Jeanne, née Rouvet, Francisque Barraire se maria en 1929 à Clermont-Ferrand avec Olga Odette Vassaud. Il eut deux enfants. Il habitait 108 rue du Devoir, dans la cité Michelin de la Plaine. Ouvrier Michelin au service CZ il était adhérent du Syndicat des produits chimiques, section Michelin.
Il a été mobilisé du 17 janvier au 10 septembre 1940. Dénoncé comme propagandiste communiste en novembre 1940 et perquisitionné, il déclara alors avoir adhéré au PCF en 1937 et avoir cessé toute activité après sa dissolution.
Il entra au 1er groupe de la 1ére compagnie FTPF du secteur de la ville de Montferrand le 10 mars 1943 et participa sous les ordres de Jean Chalus à plusieurs opérations de sabotages sur les voies ferrées entre Gerzat et Clermont ainsi qu’à la gare de triage des Gravanches de mars 1943 jusqu’au 14 décembre 1943 date du départ de Chalus. Barraire servit jusqu’au 18 juillet 1944, date supposée de son arrestation. Il était sergent-chef. En 1948, quand le commandant de la première compagnie FTP du Camp Guy-Moquet établit la liste des morts de la compagnie, il cite un dénommé Barrère, sergent-chef, fait prisonnier et disparu en juillet 1944. Il doit s’agir de lui.
Sur son acte de naissance, figurent deux dates et lieux de décès dont la première me 7 avril 1945 à Perrier (Puy-de-Dôme), cette mention étant ensuite rayée.
Il a fait partie du transport qui quitte Clermont-Ferrand le 20 août, organisé par les Allemands dans la hâte, à cause de l’approche des forces alliées, avec au moins 238 détenus extraits de la caserne du 92e Régiment d’infanterie. Interné au KL Natzwiller le 30 août 1944 au Struthof , évacué début septembre sur Dachau et affecté au kommando de travail d’Allach pour la firme BMW, enfin pour différents chantiers de l’organisation Todt, kommando de travail d’Haslach pour l’installation d’une usine souterraine enfin envoyé à Vaihingen où sont regroupés les détenus malades. Il est indiqué sur le registre de sa commune de naissance ainsi que sur un arrêté du 15 décembre 2005 comme décédé le 18 mai 1945 à Vaihingen tandis que le livre Mémorial de la Déportation indique qu’il est décédé le 7 avril 1945 à l’Hôpital de Speyer/Spire. Sur le monument aux morts de sa commune de naissance il est indiqué décédé le 20 août 1944 à Vaihingen-An-Der-Enz (Baden-Württemberg) Allemagne. Prénommé "Louis" sur le Monument aux Morts et les Plaques commémoratives de Perrier et "Francisque" sur celui de Clermont-Ferrand.
Il fut homologué FFI et DIR et un arrêté du 15 septembre 2005 décide que sera portée apposition de la mention « Mort en déportation » sur les actes et jugements déclaratifs de décès le concernant.
Ses dates de services homologués en tant que FTP vont du 10 août 1943 au 18 juillet 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article205306, notice BARRAIRE Francisque, Louis [pseudonyme dans la résistance : Ernest] par Eric Panthou, version mise en ligne le 24 juillet 2018, dernière modification le 16 novembre 2020.

Par Eric Panthou

SOURCES : SHD 19 P 63/51. Liste nominative des membres de la formation 1ère Compagnie, Clermont-Ferrand du département du Puy-de-Dôme, FTPF .— Attestation de M. Chalus Jean pour appartenance aux FFI de M. Barraire Francisque, non datée, manuscrit. Archives privées Michel Bertrand, Clermont-Ferrand. — SHD Vincennes, 19 P 63/5 : état des morts ayant appartenu à la 1ére Compagnie FTP, Camp Gabriel-Moquet, signé Lieutenants Bazin et Ollier, 4 janvier 1948 .— Arch. Dép. du Puy-de-Dôme : 1296W91 : le commissaire de police mobile au divisionnaire chef de la 6éme Brigade mobile, le 30/11/1940. — Arch. dép. du Puy-de-Dôme : 1296W91 pv audition Barraire, 25 novembre 1940. — SHD dossier GR 16 P 34256 (non consulté) .— AVCC dossier de déporté résistant AC 21 P 14373 (non consulté) .—http://www.bddm.org .— Arrêté du 15 septembre 2005 portant apposition de la mention « Mort en déportation » sur les actes et jugements déclaratifs de décès.— "Estimant que les CRS n’ont pas mis assez d’entrain à matraquer les ouvriers, M. Schuman dissout les compagnies", 19 février, Le Patriote de Saint-Étienne (Fonds Jeanne Chalus, fédé PCF 63) .— 1948https://gw.geneanet.org.— http://www.memorialgenweb.org. — Liste des camarades fusillés déportés ou sans nouvelles du syndicat des produits chimiques (Archives Henri Verde, UD CGT 63). — État civil Perrier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément