BESSON André, Louis

Né le 15 février 1918 à Paris (XIIe arr.), mort de ses blessures le 11 janvier 1944 à l’hôpital de Montbard (Côte-d’Or) ; réfractaire au STO.

André Besson, originaire de Paris, était l’un des réfractaires au Service du travail obligatoire qui avaient trouvé refuge auprès de l’abbaye bénédictine Sainte-Marie de la Pierre-qui-Vire, installée dans le Morvan, sur la commune de Saint-Léger-Vauban (Yonne).
Les moines de la Pierre-qui-Vire accueillirent dès 1942, dans leur abbaye isolée au milieu des forêts du Morvan, plusieurs aviateurs anglais abattus dans la région. Ils cachèrent également des juifs et des réfractaires au STO. Ceux-ci, une dizaine à la fin de l’année 1943, étaient employés à la ferme du monastère, au hameau des Roubeaux. Ils avaient aussi, pour éviter toute surprise en cas de perquisition allemande, construit une cabane en bois dans la forêt près du hameau des Grandes Raies.
Malheureusement, le Moulin de Ruères, à quelques kilomètres de là, était un repaire de collaborateurs, fréquenté aussi par les Allemands, et ces collaborateurs n’ignoraient sans doute pas les activités résistantes des moines de l’abbaye. Une première perquisition brutale de l’abbaye eut lieu le 7 décembre 1943, sans résultats. Les Allemands revinrent en force le 31 décembre 1943, à la recherche des hommes du maquis FTP Vauban, qui s’étaient réfugiés au domicile de leur chef, Armand Simonnot, au hameau de la Provenchère, mais qui en étaient partis depuis peu.
Ce jour-là, les Allemands cernèrent la ferme des Roubeaux, alignèrent les personnes qui s’y trouvaient le long d’un mur, les mains sur la tête et les interrogèrent brutalement. André Besson fut grièvement blessé par une rafale de mitraillette. Transporté à l’hôpital de Montbard, il y décéda quelques jours plus tard, le 11 janvier 1944, de ses blessures. Ses camarades réfractaires furent également emmenés à Montbard par les Allemands mais furent libérés par suite de l’intervention du père Nicolas Perrier, prieur du monastère, et rejoignirent par la suite le maquis « Bernard ».
Le nom d’André Besson figure sur le monument des déportés et fusillés de l’Yonne à Auxerre.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article205354, notice BESSON André, Louis, version mise en ligne le 27 juillet 2018, dernière modification le 8 janvier 2022.

SOURCES : SHD GR 16P 54426. — Jacques Canaud, Les maquis du Morvan, Académie du Morvan, 1981, p. 224. — Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément