LANOIX Georges, Robert

Par Dominique Tantin

Né le 4 avril 1901 à Terrasson, auj. Terrasson-Lavilledieu (Dordogne), exécuté sommairement le 31 mars 1944 à Coly (Dordogne) ; boulanger, négociant en grains ; homologué résistant de l’Armée secrète (AS).

Georges Lanoix était le fils de Paul Lanoix, alors âgé de 46 ans, négociant, et de son épouse Marie-Antoinette née Joffre, âgée de 25 ans. Il était le frère de Lucien Lanoix, qui devint chef du secrétariat du radical Yvon Delbos (1885-1956), originaire de Thonac (Dordogne), plusieurs fois ministre, chef de la diplomatie sous le Front populaire.
Il effectua son service militaire du 4 avril 1921 au 30 mai 1923, incorporé au 34e Régiment d’artillerie de campagne, canonnier de 2e classe puis brigadier le 1er septembre 1921 et maréchal des logis le 9 juin 1922. Mobilisé en 1939-1940, il fut affecté spécial dans sa boulangerie de Coly.
Sous l’Occupation, il ravitaillait le groupe de l’AS « Maurice Dujarric » (du nom d’un jeune STO de la région de Beynac déporté), constitué par Pierre Daunois, médecin au Lardin. Le 31 mars, cette formation livra combat contre un détachement de la division Brehmer soutenu par des GMR.
Le même jour, alors qu’un membre de ce groupe, Charriéras, vint l’avertir que son action était connue et qu’il était menacé, une trentaine de soldats de la Brehmer firent irruption à Coly. Charrièras s’enfuit in extremis. Les Allemands, bien renseignés, se dirigèrent aussitôt vers sa boulangerie. Ils l’accusèrent de livrer du pain au maquis deux fois par semaine et de détenir des armes. Arrêté, il fut emmené en camion sur la route de Saint-Geniès et abattu d’une rafale dans un bois avec Hector Frison, un ouvrier agricole originaire du Nord. Les corps furent découverts le lendemain par Justin Delmas de Saint-Amand-de-Coly.
Georges Lanoix obtint la mention Mort pour la France et fut homologué DIR-FFI.
Son nom est inscrit sur le monument aux Morts de Coly.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article205389, notice LANOIX Georges, Robert par Dominique Tantin, version mise en ligne le 29 juillet 2018, dernière modification le 31 juillet 2018.

Par Dominique Tantin

SOURCES : Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 336877 (à consulter). — Guy Penaud, Les crimes de la division Brehmer, La traque des résistants et des juifs en Dordogne, Corrèze, Haute-Vienne (mars-avril 1944), Périgueux, Éditions La Lauze, 2004, p. 259-260, 404. — Paul Mons, La folie meurtrière de la division Brehmer, mars-avril 1944, Dordogne-Corrèze, Haute-Vienne, Brive-la-Gaillarde, Éditions Les Monédières, 2016, p. 134-135. — Arch. Dép. Dordogne, acte de naissance en ligne. — Arch. Dép. Corrèze, registre matricule en ligne. — Mémoire des Hommes. — MémorialGenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément