SOURIEAU Robert, François, Léonard

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 22 mars 1916 à Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne), massacré par la milice le 28 juin 1944 à Mâcon ; sous-lieutenant d’artillerie ; docteur en droit ; notaire ; victime civile.

Robert Sourieau était le fils de François Charles Émile, notaire, et de Jeanne Marie Madeleine Jagot-Lacoussière.
Licencié en lettres, docteur en droit. Il fut mobilisé en 1939 avec le grade de sous-lieutenant d’artillerie et obtint la Croix de guerre 1939-1940. Il était célibataire et domicilié 22 bis rue Lacretelle à Mâcon où il exerçait la profession de clerc de notaire dans le cabinet de son père.
Il fut abattu chez lui par la Milice qui était à la recherche de son père, en représailles de l’assassinat de Philippe Henriot, le 28 juin 1944 à 15h15, à Mâcon. L’exécutant de cette besogne René Bonnefoy a été condamné à mort en 1951.
Il est inhumé dans le carré militaire au cimetière communal Saint-Brice, à Mâcon (Saône-et-Loire).
Il obtint la mention « Mort pour la France » portée sur son acte de décès.
Son nom figure sur le monument aux morts, sur la plaque commémorative à sa mémoire apposée sur la façade de son domicile rue Lacretelle et sur le monument commémoratif des victimes de l’occupation, à Mâcon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article205483, notice SOURIEAU Robert, François, Léonard par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 3 août 2018, dernière modification le 19 juillet 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Le journal de Saône-et-Loire du 28 juin 2016, Le 28 juin 1944, une journée noire de l’histoire de Mâcon.— Ligue des droits de l’homme 28 juin 1944 : La milice assassine Jean Bouvet et 6 autres mâconnais.— Geneanet.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément