FAVENNEC Louis

Par Gilles Pichavant

Né vers 1903 dans le Finistère, mort le 17 septembre 1958, à Moëlan-sur-Mer (Finistère) ; marin de la Marine Marchande ; syndicaliste CGT en Seine-Inférieure, puis dans le Finistère, secrétaire fédéral des marins CGT ; communiste ; conseiller municipal du Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime).

Originaire du Finistère, Louis Favennec émigra au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) à la fin des années 20 ou au début des années 30 du 20e siècle. Alors qu’il était devenu le secrétaire adjoint de l’Union syndicale des marins du Havre, le 4 janvier 1939, dans une assemblée des inscrits maritimes tenue au Havre, rue de Prosny, il présenta un rapport dénonçant la nouvelle organisation du travail découlant du décret Daladier du 1er janvier 1939, qui portait atteinte à la loi des 40 heures. Dans la réunion les inscrits maritimes protestèrent contre l’arrestation de Gruenais, leur secrétaire général.

A la Libération, Louis Favennec fut élu membre de la Commission Administrative de l’Union Départementale CGT de Seine Inférieure lors du congrès des 11 et 12 octobre 1947. Ayant par la suite été élu au secrétariat de la Fédération des marins, il quitta cette responsabilité en cours de mandat. En 1953, il fut de nouveau élu à la CA de l’UD, et le resta jusqu’eà son départ à la retraite, en 1955. En 1953. il était secrétaire permanent du syndicat CGT des marins du Havre avec Henri Laureau*, Joseph Martin*, René Perrot*, Pierre Guinard, Louis Recouët*, et Pierre Roussel.

Louis Favennec fut élu ou réélu membre de la Commission Exécutive de l’Union des Syndicats Ouvriers du Havre et de sa Région lors du congrès des 22 et 23 décembre 1951. Il fut réélu lors du congrès des 20 et 21 décembre 1952.

En 1956, à la veille du congrès de l’Union Départementale de Seine-Maritime, il est dit retraité ayant quitté la direction de son syndicat. Il avait quitté la Seine-Maritime pour le Finistère, et s’était installé dans son Finistère natal. Il continua à militer syndicalement chez les marins, si bien qu’en 1957, il fit fonction de permanent au syndicat des marins de Concarneau (Finistère). Le 30 janvier 1958, au gymnase de Quimper, il participa à une assemblée des délégués des ports de pêche, présidée par Le Roux Léon* du Guilvinec, avec Pierre Herrou*, du Guilvinec ; Mélennec de Camaret ; P. Le Moigne de Lesconil ; Ansquer*, d’Audierne ; Cherver, de Lesconil.

Le 19 octobre 1947, Louis Favennec avait été élu, conseiller municipal du Havre, avec 17862 voix, avec 15 autres communistes, sur la liste conduite par René Cance. Bien que le PCF ait eu le plus grand nombre de conseillers, il lui manquait quelques voix pour avoir la majorité, ce fut le socialiste Albert Le Clainche, l’un des trois conseiller socialistes-SFIO, qui fut élu maire du Havre avec le soutien de l’ensemble des indépendant et RPF soit 18 voix. A la suite de cette manœuvre, en contradiction avec les engagements publics de la SFIO, les deux autres élus SFIO démissionnèrent.

Louis Favennec mourut dans un accident de la route, le 17 septembre 1958, à Moëlan-sur-Mer (Finistère)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article205580, notice FAVENNEC Louis par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 6 août 2018, dernière modification le 7 janvier 2021.

Par Gilles Pichavant

SOURCES : Fanch Tanguy, La CGT dans le Finistère, 1944-1968, Imprimerie de Bretagne, Morlaix, 1986. — Arch. de l’Union départementale CGT, déposées aux Arch. Dép de la Seine-maritime. — L’Humanité, 6 janvier 1939. — Eugène Kerbaul, 1240 militants du Finistère, 1918-1945, imprimerie commerciale de Rennes, 1988.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément