HUANT Robert, René, Paul [alias Le Chat]

Par Frédéric Stévenot

Né le 17 mai 1904 à Laon (Aisne), tué le 21 août 1944 à Villard-Bonnot (Isère) ; contremaître ; sous-lieutenant FFI, résistant au sein du groupe franc Henry

Fils de Théodore Huant, comptable alors âgé de quarante-trois ans et de son épouse Marie Zélie Héléna Bury, sans profession, âgé de trente-huit ans, Robert Huant naquit au domicile de ses parents dans le faubourg de Vaux, rue du Sauvoir. Il épousa Eugénie, Honorine Clément à une date et en un lieu encore inconnus ; le dossier de la Légion d’honneur mentionne une dénommée Honorine Huant, habitant à Crolles (Isère). Le couple eut un garçon, aussi prénommé Robert.


Mobilisé durant la campagne de 1939-1940, son attitude lui valut la médaille militaire.


Il était contremaître à Villard-Bonnot (Isère).
Il s’engagea dans la Résistance puis rejoignit le maquis de Grésivaudan-Belledonne.
Dans la nuit du 20 au 21 août 1944, un groupe franc de douze hommes, dont Robert Huant, commandé par le lieutenant Henri et appartenant au maquis de Belledonne, secteur 6 de l’AS-Isère, fut envoyé en mission.
En arrivant à Villard-Bonnot vers une heure du matin, le convoi de deux camions et une voiture légère qui roulait sur la RN 523 tomba dans une embuscade dressée par une colonne allemande qui évacuait Grenoble (Isère).
Au cours de l’accrochage, sept membres du groupe franc furent tués.
Au petit matin, après le départ des Allemands, le corps de Robert Huant fut trouvé, criblé de balles, sans que que l’on puisse exactement déterminer les circonstances de sa mort.


Robert Huant fut reconnu « Mort pour la France » (AC 21 P 51561) à titre militaire, et homologué FFI et DIR (GR 16 P 297355). La médaille de la Résistance lui fut attribuée à titre posthume (décret du 28 avril 1959, JO du 14 mai), ainsi que la Légion d’honneur (décret du 28 avril 1959 ; JO du 14 mai 1959) qui fut alors remise à sa veuve. D’autres décorations lui furent décernées : la croix de guerre avec palme et celle du combattant volontaire de la Résistance, ainsi que la médaille de l’internement pour faits de Résistance.


Le nom de Robert Huant figure à Villard-Bonnot en différents endroits : sur le monument aux morts de Brignoud, sur le monument 1939-1945, ainsi que sur la plaque commémorative du maquis du Grésivaudan. On peut aussi le lire sur le monument aux morts de Crolles.
Une Avenue de Brignoud (Commune de Villard-Bonnot), porte le nom d’Avenue Robert Huant.


Les sites « Mémoire des hommes » et « Mémorial GenWeb » indiquent qu’il fut tué au combat le 21 janvier 1944 ; son petit-fils, Christophe Huant précise cependant qu’il s’agit du 21 août. De fait, la plaque commémorative du maquis du Grésivaudan indique expressément :


« Maquis du Grésivaudan
En ce lieu
le 21 août 1944
7 maquisards furent torturés
et tués par les Allemands

G.F. « Henry » :

À Lancey parc auto :



Voir : Villard-Bonnot

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article205781, notice HUANT Robert, René, Paul [alias Le Chat] par Frédéric Stévenot, version mise en ligne le 14 août 2018, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Frédéric Stévenot

SOURCES. Arch. dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression 3808 W 666 — SHD, dossiers adm. des résistants. Médaillés de la Résistance à titre posthume (ap. 1948). Arch. nat., 19800035/621/70730 (Lég. d’honneur). — Sites Internet : Mémoire des hommes ; Mémorial GenWeb ; base Léonore. — État civil de Laon, 5Mi1737. — renseignements communiqués par Christophe Huant, petit-fils de Robert Huant. — État civil

ICONOGRAPHIE. Mémorial GenWeb ; Christophe Huant

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément