GARDY André, Henri

Par Stéphane Robine, Hervé Barthélémy

Né le 5 juin 1913 à Auvillars (Calvados), probablement exécuté sommairement en juillet 1944 à Saint-Pierre-du-Jonquet (Calvados) ; cheminot ; résistant, membre du Front national.

Marié, père de 3 enfants, André Gardy entra au chemin de fer en janvier 1938. Il était domicilié à Beuvillers (Calvados). Il devint sémaphoriste à Lisieux (Calvados). Mobilisé en septembre 1939, il fut grièvement blessé et fait prisonnier. Il ne retrouva son foyer qu’en avril 1941.

Il choisit ensuite de résister en rejoignant le Front national en 1943 et participa à des distributions de tracts et de journaux clandestins, ainsi qu’à la collecte d’informations sur le trafic ferroviaire ennemi. Inquiété une première fois par la police en mai 1944, il fut interrogé pour une affaire de résistance mais relâché. Le jour du Débarquement allié, il opéra le sabotage d’un aiguillage en gare de Lisieux. Après la découverte d’un stock d’explosifs le 29 juin, la Sipo-SD l’arrêta chez lui et le conduisit à son siège, replié à Argence, dans la maison du docteur Derrien. Depuis, personne n’a plus revu André Gardy. Il a sans doute été exécuté en juillet 1944 à Saint-Pierre-du-Jonquet, où son corps fut retrouvé en novembre 1946 route des Marais.

Il obtint la mention « Mort pour la France » et le titre de "Déporté et d’interné résistant" le 6 mai 1953. Il fut homologué comme soldat de la Résistance intérieure française (RIF).
Son nom figure sur le monument aux morts, à Beuvillers, sur la plaque commémorative de la SNCF, à Lisieux et le monument commémoratif des fusillés 1939-1945, à Saint-Pierre-du-Jonquet (Calvados).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article206273, notice GARDY André, Henri par Stéphane Robine, Hervé Barthélémy, version mise en ligne le 5 septembre 2018, dernière modification le 15 février 2021.

Par Stéphane Robine, Hervé Barthélémy

SOURCE : dossier SHD Vincennes 243350 (nc).— Thomas Fontaine (dir.), Cheminots victimes de la répression : 1940-1945 , Mémorial, Perrin/SNCF, 2017.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément