TRAVERSAC Raymond Marie André

Par Michel Thébault

Né le 7 mai 1914 à Paris VIIème arr. (Seine), exécuté sommairement le 13 juin 1944 à Felletin (Creuse) ; militaire de l’école de la Garde de Guéret (Creuse) ; résistant FFI.

André Traversac était militaire de carrière affecté à Limoges (Haute-Vienne) au 5e Régiment de la Garde (1er escadron). Il s’était marié le 29 avril 1943 à Bugeat (Corrèze) avec Yvonne Leonnet (1916 – 2013), originaire de ce lieu où son père était patron carrier. Ils eurent une fille, Claudine née le 7 juin 1944. Au printemps 1944, il fut détaché à Guéret (Creuse) où venait d’être créée une école de la Garde. L’école de la Garde créée par une décision du ministère de l’intérieur de Vichy le 29 octobre 1943, était la seule école militaire subsistant sous autorité française. Elle ouvrit ses portes le 24 novembre 1943, à la caserne des Augustines à Guéret (Creuse), après de longues tractations entre le général directeur de la Garde et les autorités d’occupation. Ayant pour mission la formation d’élèves officiers, d’élèves gradés et de gardes, ses effectifs totaux étaient à la veille du 6 juin 1944, d’environ 500 hommes, ce qui en faisait la seule force militaire d’importance du département de la Creuse.
Le 7 juin 1944, Albert Fossey, alias commandant François, dirigea la première libération de Guéret à la tête des maquis de la Creuse. Il obtint grâce à ses contacts personnels avec le directeur des études, le commandant Corberand, le ralliement à la Résistance de la majorité des effectifs de l’école. Les élèves-gardes participèrent à la libération de Guéret au côté des FFI. Raymond Traversac rejoignit la Résistance et participa vraisemblablement aux combats de cette première libération de Guéret. Le 9 juin la ville fut reprise par l’armée allemande et l’École de la Garde, passée au maquis se replia vers le secteur de Bourganeuf (Creuse). Raymond Traversac, pour une raison qui reste à préciser (lors d’une mission ?), fut tué le 13 juin 1944 près de la gendarmerie de Felletin (Creuse). Son corps ne fut retrouvé dans le bois de Forest à Moutier-Rozeille (Creuse) que le 19 juillet 1944. Il fut inhumé dans le cimetière de Bugeat (Corrèze) où il repose depuis lors.
Il obtint la mention mort pour la France et son nom est inscrit sur la plaque aux "Morts pour la France" de la gendarmerie de Limoges.
Toute personne qui posséderait des informations sur ce résistant peut prendre contact avec le dictionnaire Maitron.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article206275, notice TRAVERSAC Raymond Marie André par Michel Thébault, version mise en ligne le 5 septembre 2018, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Michel Thébault

SOURCES : SHD AVCC Caen AC 21 P 162935 — Renseignements Raymond Duplan — Mémoire des hommes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément