DELAN Jacques

Né le 16 mars 1758 à Moulins (Allier), mort 12 avril 1806 à Moulins ; médecin ; fondateur de la Société des Amis de la Constitution de Moulins puis de la Société Populaire ; maire de Moulins ; membre du Comité de Surveillance ; membre de la Commission Temporaire de Ville-Affranchie (Lyon) ; représentant en mission en Drôme-Ardèche, décembre 1793-mars 1794.

Jacques Delan appartint à une famille de la vieille bourgeoisie moulinoise, son père fut échevin. Il passa une thèse de médecine, à Montpellier, en 1779 ; il épousa, le 5 août 1783, la fille d’un conseiller du Roi, contrôleur du grenier à sel. Il occupa un poste de médecin des pauvres de l’hôpital Saint Joseph. Il devint conseiller de la ville de Moulins de 1785 à 1788. Le 6 mars 1791, Jacques Delan fut l’un des fondateurs de la Société des Amis de la Constitution (affiliée aux Jacobins de Paris), membre du Comité de réception, il examina les nouvelles candidatures, il conserva cette responsabilité lors de sa transformation en Société Populaire. Ce fut à partir de 1792 que Delan prit une attitude de plus en plus révolutionnaire, élu au Comité de Subsistance qu’il incita à se ranger au côté du peuple, élu le 11 novembre, administrateur du département, élu le 3 décembre, maire de Moulins. Le 10 août 1793, il scella son engagement révolutionnaire lors d’un serment civique où il promit en présence de l‘Etre suprême de maintenir la souveraineté du peuple l’Egalité, la Liberté, l’Unité et l’Indivisibilité de la République. Sa vie fut bouleversée lors de la venue du Représentant en mission, Fouché. Il franchit un nouveau pas quand celui-ci le nomma à la tête du Comité de Surveillance dont les principales attributions furent de s’occuper des indigents, de fouiller les châteaux, de réviser les fortunes provenant de malversations. Il mena dans l’Allier, une politique antireligieuse féroce, il partit pour Ville-Affranchie (Lyon) où Fouché l’avait nommé à la Commission Temporaire, son but fut d’organiser la répression suite au soulèvement Fédéraliste. Delan quitta Moulins, le 6 décembre 1793, avec les dossiers de « trente-deux coupables d’avoir trempé indirectement dans la conspiration lyonnaise ». Ils furent transférés de Moulins et périrent après un jugement expéditif auquel il ne participa pas. En effet, il était parti comme Représentant en mission dans l’Ain, la Loire et principalement en Drôme-Ardèche où il dut ranimer « la flamme révolutionnaire » dans les nombreuses administrations locales, Delan se félicita que : « maintenant le Peuple crie : Vive le culte de la Raison ! Vive la République ! » Il rentra à Moulins et résista bien aux attaques Robespierristes grâce au soutien de la population. Il reprit sa charge de maire, le 7 avril 1794. Le16 novembre, le Représentant en mission, Boisset, le fit remplacer comme maire par Houdry, Delan fut mis en prison le 31 janvier 1795, conduit la nuit même à Grenoble. Durant ses dix mois de captivité, il resta très populaire à Moulins. Amnistié le 21 octobre 1795, il fut accueilli triomphalement. Il prit des responsabilités d’adjoint au maire chargé du bureau de secours tendant à soulager les familles malheureuses, son activité se limita au Canton de Moulins. Au coup d’Etat de Bonaparte, il abandonna toute activité publique, il exerça la médecine à l’hôpital Saint Joseph et fut aussi médecin des prisons, ces rapports firent une place importante aux conditions de détention et à la nourriture des prisonniers.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article206307, notice DELAN Jacques, version mise en ligne le 6 septembre 2018, dernière modification le 4 décembre 2018.

SOURCES : Arch. Dép. Allier : L 63, L622, L849 à 852, L900 à 902, L1130 à 1132, L1743-1744. — Arch. dép. Isère : L 112, L194, L676, L1564. — Arch. mun. Moulins : 1D1 à 1D5, 134, 412, 8F6. — L’Allier Révolutionnaire, Contributions à la Connaissance de la Révolution Française, 1989, préface André Lajoinie, contributions d’Elisabeth Liris, Jean-Noël Dutheil, Jacques Lelong, André Mallet, André Sérézat, chapitre V.

Iconographie : arch. dép. Allier 2J21

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément