BAUD René, Jean

Par Annie Pennetier

Né le 12 janvier 1927 à Bonne-sur-Menoge (Haute-Savoie), exécuté sommairement le 18 juin 1944 à Vieugy-Seynod, Annecy (Haute-Savoie) ; résistant FTPF.

Les parents de René Baud, Narcisse Hippolyte Baud et Alice Eléonor Châtel étaient cultivateurs à Bonne-sur-Menoge. Le jeune René appartenait avec son frère Marcel au groupe des jeunes résistants du village dirigé par Émile Hudry.
Le 9 juin 1944, vers une heure du matin, un jeune de Bonne, membre de la Milice française, après les avoir espionné les fit arrêter par des faux maquisards. Ils leur avaient demandé de l’aide pour un coup de main contre l’occupant, mobilisant tout le groupe de résistants pour aller chercher des armes au hameau de Limargne.
Emmenés au siège de la Milice d’Annecy, aux Marquisats, ils y furent atrocement torturés.Le 18 juin 1944, un peloton de soldats allemands les exécutèrent à Vieugy.
René Baud, âgé de 17 ans et demi, était le plus jeune des quarante fusillés.
Il a été reconnu Mort pour la France avec son frère Marcel le 26 novembre 1946 puis homologué Interné Résistant.
Ils reposent au cimetière communal de Bonne où un monument a été érigé pour tous les rassembler.
Marcel Baud, René Baud, Joseph Baudin, René Châtel, Georges Depierre, Georges Gelpe et leur chef Émile Hudry.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article206383, notice BAUD René, Jean par Annie Pennetier, version mise en ligne le 16 janvier 2019, dernière modification le 6 janvier 2022.

Par Annie Pennetier

SOURCES : Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 38406 . — Caen SHD/ AC 21 P 703953 . — Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009 .

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément