CORNILLE Alix [CORNILLE Gabriel, Pierre, Alix]

Par Claude Pennetier

Né le 29 janvier 1891 à Choisy-le-Roi (Seine, Val-de-Marne), mort le 25 juin 1949 à Paris (hôpital de la Salpêtrière, XIIIe arr.) ; ingénieur céramiste ; militant socialiste SFIO ; maire adjoint de Choisy-le-Roi puis conseiller municipal de Sceaux (Seine, Hauts-de-Seine).

Fils d’un sculpteur céramiste et d’une céramiste dont on peut penser, vraisemblablement, qu’ils avaient été embauchés à la faïencerie Boulenger à Choisy-le-Roi, Alix Cornille était ingénieur lorsqu’il se maria le 3 décembre 1919 à Limoges (Haute-Vienne) avec Anne-Marie Massoulard. Travailla-t-il lui-même dans cette grande entreprise comme ses publications incitent à le penser ? Il était du moins en 1924 ingénieur-conseil et fabricant de produits céramiques.

Alix Cornille milita dans sa commune natale et fut élu conseiller municipal socialiste SFIO dans la première section en mai 1925. Il devint deuxième adjoint le 17 mai 1925 et exerça cette fonction jusqu’en 1929. La Fédération socialiste dirigée par Jean Zyromski, dont il partageait les analyses, lui confia la difficile tâche d’affronter les communistes d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) sur le terrain électoral. Il dirigea donc la liste socialiste SFIO d’Ivry lors des élections municipales du 5 mai 1929 puis se présenta au conseil général de la Seine, dans la première circonscription d’Ivry, le 26 mai 1929, contre Georges Marrane. Alix Cornille était, en 1930, commissaire à la propagande du cinquième secteur socialiste de la Seine et de la Seine-et-Oise (Ve arr., XIIIe arr., XIVe arr. ; cantons de la Seine : Ivry, Villejuif, Sceaux ; cantons de Seine-et-Oise : Longjumeau, Palaiseau, Chevreuse). Il était régulièrement la cible des communistes d’Ivry-sur-Seine et de Choisy dans la presse, on l’accusait de jouer un double jeu vis-à-vis de la Compagnie générale des eaux.

Candidat aux élections législatives du 1er mai 1932 dans la 6e circonscription de Sceaux (Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Orly, Thiais, Vitry-sur-Seine), Alix Cornille eut à s’opposer à Maurice Thorez ; il recueillit 3 305 voix sur 34 338 inscrits (9,6 %) et 29 411 votants (11,2 %). Il se retira au second tour ; le report de deux tiers de ses voix permit l’élection de Maurice Thorez.

Alix Cornille et sa femme, active militante socialiste, s’installèrent à Sceaux en 1934. Dans une lettre adressée à Jean Zyromski le 22 août 1948, il décrivait le premier contact avec les militants locaux : « Quand je suis arrivé à la section de Sceaux en 1934, venant de celle de Choisy, Jean Morel m’a ainsi jugé : “C’est un Zyromski !” Nous étions, n’est-il pas vrai, malgré un désaccord superficiel qui m’avait fait quitter la Bataille socialiste, en pleine communion de pensée. » Édouard Depreux signale dans Souvenirs d’un militant qu’il accepta d’être tête de liste socialiste à Sceaux secondé par Alix Cornille, lors des élections municipales des 5 et 12 mai 1935, à la demande insistante de Madame Cornille : « Nous atteignîmes au premier tour un chiffre de voix supérieur à celui qu’obtenait jadis le Cartel des gauches. Il y eut ballottage pour quatre places. Au second tour, dépassant le total des suffrages socialistes et communistes du premier tour, je fus élu ainsi que Cornille. C’était la première fois dans l’histoire de Sceaux que des conseillers municipaux socialistes pénétraient à la mairie dans de telles conditions. La section socialiste, qui avait dépassé les cent adhérents, organisa un banquet et reprit la propagande avec une énergie accrue » (p. 89). Les socialistes contraignirent le maire à se retirer pour défaut de gestion et Alix Cornille donna sa démission pour être réélu en compagnie de Louis Bée, lors de l’élection complémentaire du 22 novembre 1936. L’action conjuguée d’Édouard Depreux et d’Alix Cornille fit du Parti socialiste SFIO la première force politique de Sceaux. En mai 1939, Alix Cornille était gérant de Paix socialiste, journal socialiste et collaborait au Populaire.

Alix Cornille était toujours militant socialiste actif de Sceaux après la Libération.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article20659, notice CORNILLE Alix [CORNILLE Gabriel, Pierre, Alix] par Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 30 décembre 2021.

Par Claude Pennetier

ŒUVRE : Aide-mémoire de céramique industrielle, Paris, Revue des matériaux de construction et de travaux publics, 1924 – 2e édition, 1928 ; Rapport sur les briques réfractaires pour la marine et le fascicule 98, Tours, 1925 ; Manuel de fabrication des briques, tuiles et produits réfractaires, Paris, 1926.

SOURCES : Arch. Paris, DM3 ; Versement 10451/76/1, listes électorales. — Arch. com. Ivry-sur-Seine. — Arch. Jean Zyromski, dossier Fédération de la Seine, et dossier correspondance 1945-1948 — Paix socialiste, n° 2, 18 mai 1939. — Édouard Depreux, Souvenirs d’un militant, 1972, p. 88-89. — Notes de Jean Maitron, Michèle Rault et Nathalie Viet-Depaule.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément