LE BOURLON ou LE BROULON Louis dit « Le Bourlou »

Par Henri-Ferréol Billy, Eric Panthou

Né le 23 août 1916 ou le 22 août 1907 à Paris-12e arr. (Seine), exécuté sommairement le 1er juillet 1944 à Diou (Allier), mort suite à ses blessures le 2 juillet 1944 à Moulins (Allier) ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP).

Louis Le Bourlon dit « Le Bourlou » -également orthographié par erreur Le Brelon, Le Broulou ou Le Broulon (acte de décès à Moulins)- était domicilié à Saint-Aubin-sur-Loire (Saône-et-Loire), une commune jouxtant le département de l’Allier. Il était célibataire. L’identité de ses parents est inconnue et sa date de naissance est incertaine. 22 août 1907 à Paris (arrondissement inconnu) selon son acte de décès, 23 août à Paris 12e arr. selon le SHD Vincennes (acte non trouvé).

Il rejoignit les FTP de l’Allier à une date qu’on ignore.
Il revenait de mission le 1er juillet 1944 avec Joseph Plaidit et André Bresson, tous les 3 membres du maquis "Guy-Moquet", 2ème Bataillon de Montluçon. Ils furent surpris sur le chemin de Grande communication n°15 à environ 500 mètres au nord-est de Diou par une voiture de la Feldgendarmerie de Moulins lancée à leur recherche après avoir été alertée de Beaulon. Plaidit aurait alors saisi une mitraillette pour faire feu mais les Feldgendarmes furent plus prompts et l’ont abattu sans sommation et blessé Le Bourlon. Un Feldgendarme acheva les deux hommes. Selon les déclarations du soldat Peter Kuhl devant le juge d’instruction, le responsable de l’arrestation et de l’exécution des deux hommes était l’adjudant-chef Hans Kloppel. Le Bourlon a été laissé pour mort sur le lieu du meurtre et c’est à l’arrivée des gendarmes de Dompière-sur-Besbre que les premiers soins lui ont été prodigués puis son transport à Moulins organisé, où il décéda le lendemain, 2 juillet. Le troisième homme, André Bresson, fut arrêté, torturé puis déporté.

Il n’a pas été homologué FFI bien qu’une demande ait été déposée.
Il a un dossier aux Archives des victimes des conflits contemporains à Caen mais en tant que victime civile selon la base Mémoire des Hommes, au nom de Le Broulon.

Il a été reconnu "Mort pour la France". Son nom figure sur le Monument des Martyrs de la Madeleine à Moulins, mais avec le prénom Jean et civil tué le 4 septembre 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article206790, notice LE BOURLON ou LE BROULON Louis dit « Le Bourlou » par Henri-Ferréol Billy, Eric Panthou, version mise en ligne le 24 septembre 2018, dernière modification le 18 février 2022.

Par Henri-Ferréol Billy, Eric Panthou

SOURCES : AVCC Caen, AC 21 P 364377, dossier Louis Le Broulon (nc). — Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 31 : enquête sur crime de guerre à Diou .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 506 : Le SD de Clermont-Ferrand .— SHD Vincennes, liste dossiers FFI, . — André Sérezat, Et les bourbonnais se levèrent, 1985 .— Mémorialgenweb .— État civil Moulins.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément