CORRINGER Jean, Louis

Par Jean-Pierre Besse

Né le 8 novembre 1906 à Robert-Espagne (Meuse), fusillé comme otage le 21 septembre 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; graveur sur métal ; militant communiste de Vigneux-sur-Seine (Seine-et-Oise, Essonne) ; conseiller municipal puis adjoint au maire de Vigneux-sur-Seine ; homologué résistant du Front national pour la liberté et l’indépendance de la France (FN).

Fils d’un mouleur, Jean Corringer adhéra au Parti communiste en 1934. Il occupa des fonctions de trésorier et fut élu conseiller municipal communiste de Vigneux-sur-Seine en 1935.
La police française l’arrêta le 6 mars 1942 à Paris pour avoir mis son appartement parisien à la disposition du Parti communiste clandestin. Incarcéré au Cherche-Midi puis le 24 août 1942 à Romainville, il fut désigné comme otage et fusillé le 21 septembre 1942 en représailles à l’attentat du cinéma Rex, et incinéré au Père-Lachaise.
Il fut homlogué résistant du FN et interné résistant.
Jean Corringer avait épousé en mai 1928 à Paris (VIIe arr.). Marguerite Helleringer, née le 15 juin 1902 à Paris (XXe arr.) dont le père était tôlier rue Godefroy Cavaignac. Elle avait épousé en premières noces à Paris (XXe arr.). Jean, Nicolas Pinck. Elle effectua divers petits métiers : femme de chambre, gérante de kiosque de journaux, vendeuse de billets de la loterie nationale. Pendant l’Occupation, elle se fit embaucher comme femme de ménage dans des bureaux des Champs-Élysées où elle volait de l’encre pour les ronéos qui imprimaient les tracts clandestins. Arrêtée en même temps que son mari, elle fut envoyée à la Santé puis à Romainville d’où elle fut déportée dans le convoi du 24 janvier 1943 vers Auschwitz (Pologne). Transférée par la suite à Ravensbrück puis à Mauthausen (Allemagne), elle fut libérée le 22 avril 1945. Après la guerre, conditionneuse, elle fut candidate aux élections municipales de 1951, à Alfortville, sur la liste conduite par le général Joinville. Elle mourut à Villejuif le 13 juin 1995.
Une rue de Vigneux-sur-Seine porte le nom de Jean Corringer.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article20687, notice CORRINGER Jean, Louis par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 26 décembre 2020.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII dossier 6. – Serge Klarsfeld, Le livre des otages, op. cit., p. 206. – Charlotte Delbo, Le Convoi du 24 janvier, Éd. de Minuit, 2002. – Site Internet draveil-resistance. – État civil. — Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 143621 (nc).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément