GRIMOPONT André, Jules, Hilaire

Par Frédéric Stévenot

Né le 12 décembre 1909 à Ascq (Nord), exécuté sommairement dans la nuit du 1er au 2 avril 1944 à Ascq (auj. Villeneuve-d’Ascq, Nord) ; employé de chemin de fer ; résistant de la Résistance intérieure française (RIF).

André Grimopont était le fils d’Auguste, mouleur en cuivre, et de Élise Dupont. Il se maria le 27 octobre 1934 à Mons-en-Barœul (Nord) avec Marguerite Booms et devint père de deux enfants.
Il entra à la Compagnie des chemins de fer du Nord le 1er mars 1937 et le 1er juillet 1943, il devint aide-ouvrier chaudronnier tôlier aux ateliers d’Hellemmes, près de Lille.
Le soir du 1er avril 1944 à 22h45, un bataillon blindé composé de soldats de la XIIe SS Panzerdivision Hitlerjugend, parti de Bruxelles en direction de la Normandie approchait en train de la gare d’Ascq. Une charge explosa alors que le train passait devant la cabine d’aiguillage, ce qui bloqua le convoi.
Commandés par le leutnant Walter Hauck, les SS raflèrent les hommes de la localité par mesures de représailles puis les fusillèrent. André Grimopont fut l’une des quatre-vingt six victimes civiles qui périrent lors du massacre de Villeneuve-d’Ascq, dans la nuit du 1er au 2 avril 1944. Il vivait au 4 rue de L’Abbé-Lemire.
Il est inhumé dans le carré de corps restitués au cimetière communal, à Villeneuve-d’Ascq (Nord).
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué soldat de la Résistance intérieur (RIF).
Son nom figure sur la plaque commémorative 1939-1945 du Tertre des massacrés, le monument commémoratif 1939-1945 du carré des corps restitués et la plaque commémorative 1939-1945 de la SNCF, à Villeneuve-d’Ascq (Nord).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article206947, notice GRIMOPONT André, Jules, Hilaire par Frédéric Stévenot, version mise en ligne le 29 septembre 2018, dernière modification le 30 avril 2021.

Par Frédéric Stévenot

SOURCES : dossier SHD Vincennes GR 16 P 271103 (nc).— Laurent Thiery dans le Mémorial des Cheminots victimes de la répression 1940-1945 sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017.— Sites Internet : Mémorial GenWeb (1) ; Massacre d’Ascq.

ICONOGRAPHIE. Site Massacre d’Ascq

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément