ROQUES Jean, Georges, Adrien

Par Frédéric Stévenot

Né le 4 juin 1928 à Saint-Quentin (Aisne), victime civile massacrée dans la nuit du 1er au 2 avril 1944 à Ascq (auj. Villeneuve-d’Ascq, Nord) ; lycéen ; victime civile.

Âgé de 15 ans, Jean Roques fut, avec son père Maurice, l’une des quatre-vingt-six victimes civiles qui périrent lors du massacre de Villeneuve-d’Ascq, dans la nuit du 1er au 2 avril 1944. Il était le fils de Maurice et de Lucienne Bonnedame.
Il était scolarisé au lycée Faidherbe, à Lille. La famille vivait alors au 37 rue de la Gare, à Ascq.
Le 1er avril 1944 à 22h45, un train en provenance de Bruxelles transportant de jeunes soldats de la XIIe SS Panzerdivision "Hitlerjugend" fut l’objet d’un sabotage par le groupe de résistants "La Voie du Nord", en gare d’Ascq. Trois wagons déraillèrent mais il n’y eut que de légers dégâts matériels. Cependant le commandant du bataillon, l’Obersturmführer Walter Hauck ordonna des représailles. Tous les hommes furent raflés et amenés vers la gare. Jean Roques fut arrêté avec son père à son domicile et conduit de force vers la gare le long de la voie où avait eu lieu le sabotage. Peu après les exécutions commencèrent et les otages vont être exécutés les uns après les autres. Le massacre cessera sur ordre à une heure quinze du matin, le 2 avril 1944.
Il est inhumé dans le carré de corps restitués, allée A, tombe 26, au cimetière communal d’Ascq, à Villeneuve-d’Ascq (Nord).
Il obtint la mention « Mort pour la France » et son nom figure sur le monument commémoratif 1939-1945 [Ascq], sur le monument commémoratif 1939-1945 du carré de corps restitués au cimetière, à Villeneuve-d’Ascq et sur le monument commémoratif du Lycée Faidherbe, à Lille (Nord).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article206976, notice ROQUES Jean, Georges, Adrien par Frédéric Stévenot, version mise en ligne le 30 septembre 2018, dernière modification le 25 mai 2021.

Par Frédéric Stévenot

SOURCES : Sites Internet : Mémorial GenWeb (1) ; Massacre d’Ascq.— Notes de Jean-Louis Ponnavoy.

ICONOGRAPHIE. Site Massacre d’Ascq

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément