COSTE Eugène

Par Jean Sagnes

Né le 26 février 1901 à Marsillargues (Hérault) ; ouvrier agricole ; militant communiste de l’Hérault.

D’une famille d’ouvriers agricoles, Eugène Coste devint lui-même ouvrier agricole en 1914, à la déclaration de guerre, lorsque son père fut mobilisé, malgré ses bons résultats à l’école primaire et en dépit des démarches de son instituteur car il devait contribuer à nourrir sa famille. Ne plus pouvoir continuer ses études fut chez Eugène Coste à l’origine d’un sentiment de révolte contre la société. Le milieu des ouvriers agricoles du village eut également une forte influence sur lui. Ce milieu était fortement marqué par le syndicalisme révolutionnaire et même par l’anarchisme. À seize ans, Eugène Coste lut Le Libertaire, Malatesta puis, un peu plus tard, Le Feu d’H. Barbusse et La Vague de Brizon. Après son service militaire, il devint, en 1922, secrétaire du syndicat des ouvriers agricoles et le demeura jusqu’en 1932. À ce titre, il dirigea des grèves très dures notamment en mai 1926 et en mai 1928. Il avait adhéré au Parti communiste en 1923 lorsque se constitua la section de Marsillargues de ce parti. Il fut secrétaire de la section communiste de Marsillargues de cette date à 1932 et, à partir de 1925 jusqu’en 1930, secrétaire du rayon de Montpellier.
En 1932, la maladie l’empêcha de continuer sa profession d’ouvrier agricole. Il vint à Montpellier travailler avec son père qui était épicier puis il s’établit à son compte comme marchand de charbons. Il fut jusqu’à la guerre membre du bureau du rayon, puis de la section de Montpellier en même temps que membre du comité régional du PCF et candidat à l’élection cantonale de 1935 dans le canton des Matelles.
Il fut mobilisé en 1939 mais, ayant cinq enfants, il était démobilisé au bout de deux mois. En juillet 1940, il était arrêté pour détention de tracts communistes et il passa dix mois à la Maison d’arrêt de Montpellier. À partir de sa libération et, sans qu’il soit devenu suspect à leurs yeux mais par mesure de sécurité, ses camarades de parti évitèrent de le contacter pour le combat clandestin. En 1943, il fut prévenu qu’il allait être arrêté et dut se cacher pendant plusieurs mois jusqu’à la Libération en août 1944.
À partir de cette date, il devint secrétaire de l’importante section communiste de Montpellier jusqu’en 1946 et demeura membre du bureau de la section jusqu’en 1958. Il était également membre du comité fédéral du PCF et conseiller municipal de Montpellier de 1947 à 1951. Il fut délégué au Xe congrès national du Parti communiste qui se tint du 26 au 30 juin 1945 à Paris, porte de Versailles. Il ne figurait plus au comité fédéral en 1953. À partir du début des années 1960, il ne fut plus qu’un adhérent au PCF sans responsabilités particulières.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article20727, notice COSTE Eugène par Jean Sagnes, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 26 mars 2020.

Par Jean Sagnes

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Arch. Nat., F7/13130. — Interview d’E. Coste le 10 juillet 1980.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément