ZHANG Zhusan 章祝三

Par Alain Roux

Né en 1910 à Nantong (Jiangsu) ; responsable ouvrier GMD de Shanghai entre 1937 et 1949.

Un important responsable ouvrier GMD de Shanghai entre 1937 et 1949, qui prit à partir de 1947 ses distances avec Lu Jingshi* dont il avait été un des lieutenants.
Né en 1910 à Nantong (Jiangsu). Diplômé du lycée de Haimen. Il commence sa carrière comme rédacteur du journal Chelun (« La Roue ») édité par le syndicat des travailleurs de l’exploitation de la Compagnie anglaise des Autobus de la Concession Internationale de Shanghai. Entre 1932 et 1937, il présida les quatre congrès de l’Association d’entraide des conducteurs et des receveurs de cette compagnie.
Pendant la guerre sino-japonaise, il participa aux activités de la Grande Alliance Antjaponaise des Travailleurs de Chine en tant que responsable adjoint à la propagande. Il concentra ensuite ses activités sur la région de Hankou où il fut secrétaire de l’agence de presse Dagong de Lu Jingshi*, puis il retourna à Shanghai où il rejoignit le Gongtuan qui dénonçait les « traitres chinois » en mileu ouvrier et participait à la campagne d’attentats qui les visait. Après la capture et le retournement en août 1940 de Tian Geng, un des principaux responsables du gongtuan, il en devint le secrétaire, en charge des « dossiers secrets ». Cet homme de Lu Jingshi fut membre du comité de réoganisation du Syndicat Général de Shanghai en octobre 1945 et fut élu lors du 5° congrès du GLU à son exécutif en septembre 1946 ainsi qu’au sénat municipal de Shanghai. Lors de la grève de Janvier 1946 des cotonnières de Shanghai, il représente le GLU lors d’une réunion de médiation à la Shenxin n°9. Il était un des quinze membres de la commission d’étude sur l’indice du coût de la vie mis en place par le GLU le 19 octobre 1946. Le 18 février 1947 il participe au nom du GLU aux côtés de Fang Zhi du Dangbu aux discussions où les gens de *Lu Jingshi cherchèrent à réduire à un drame familial l’impact des obséques de Liang Renda* , l’employé des Grands Magasins de Nanking Road par des nervis de la police secrète lors de l’ « incident du 9 février ». Le 7 mars 1947, il fut l’un des 8 conseillers du collége ouvrier du Sénat municipal de Shanghai qui votent une motion pour débloquer l’indice des prix dès le 1° avril. Il fut élu député suppléant à l’Assemblée Nationale le 23 novembre 1947 dans le collège ouvrier avec 18.304 voix, en dixième position. Il était aussi membre du Fulihui. Lors de la « tragédie de la Shenxin n °9 » en février 1948, il est présenté par Wu Kaixian* dans sa lettre au maire de Shanghai sur cette affaire datée du 7 février comme le représentant du syndicat des ouvriers du coton de Shanghai-ouest. C’est Zhang Zhusan qui l’aurait informé des réactions ouvrières après l’intervention des forces de l’ordre en insistant sur la responsabilité dans les tensions apparues aux cotonnières Zhongfang n°3 et Xinyu n°2 de « membres du corps de la jeunesse des trois principes du peuple » en conseillant « une attitude positive afin d’éviter l’utilisation du malaise ouvrier par de mauvais éléments », notamment en organisant une collecte pour les obsèques des trois ouvrières tuées. Il semble ainsi que ce fidèle de Lu Jingshi ait suivi Wu Kaixian* dans la crise qui l’opposait alors au principal responsable du juntong dans le monde ouvrier partisan d’une attitude purement répressive. En 1949, les tracts communistes font de lui un « agent spécial du GMD en milieu ouvrier ». Le 9 février, la presse du soir fit état de sa présence à Taïwan pour y préparer le repli du GLU, aux côtés de Fan Caikui*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article207293, notice ZHANG Zhusan 章祝三 par Alain Roux, version mise en ligne le 10 octobre 2018, dernière modification le 5 novembre 2022.

Par Alain Roux

SOURCES : Roux, 1991. — Annuaire ouvrier de Shanghai. 1948. page 84, avec sa photographie en costume cravate occidental.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément