BEDNARECK Anton, Antoine, Antonin

Par Eric Panthou

Né le 7 novembre 1895 à Stradomia Wierzchnia (Pologne), mort au combat le 8 juillet 1944 à Vollore-Montagne (Puy-de-Dôme) ; mineur à Sainte-Florine (Haute-Loire) ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP).

Né en basse Silésie, Anton, parfois orthographié Antoine ou Antonin, Bednareck, est le fils de Karol et de Antonina Oparski. Il émigra en France et s’installa à Sainte-Florine (Haute-Loire) pour travailler comme mineur dans le bassin houiller de Brassac-les-Mines. Il était marié à Wlasdislava Jakolowski.
Sous l’Occupation, il rejoignit la formation Camp Guy-Moquet ou 103e Bataillon FTP du Puy-de-Dôme. Sa durée de services homologués va du 1er juin au 8 juillet 1944. Il appartenait au maquis de la 10e compagnie, stationnée aux Raillères sur la commune de Vollore-Montagne (Puy-de-Dôme). Il fut tué au combat quand sa compagnie voulut attaquer une patrouille allemande qui s’était arrêtée dans un hôtel de Vollore-Montagne, le 8 juillet 1944. Il y eut dix maquisards tués au combat, ainsi que trois civils abattus par les Allemands. Trois blessés graves, pris les armes à la main, furent emmenés par les Allemands. Un décéda le lendemain dans sa cellule tandis que les deux autres furent portés disparus. Anton Bednareck fut tué lors du combat. Il a été homologué FFI, reconnu “tué à l’ennemi”, “Mort pour la France” le 2 juillet 1947.
Son nom figure sur le Monument aux Morts de Sainte-Florine (Haute-Loire) ainsi que sur la stèle commémorative de Vollore-Montagne.
Son fils Edmond, domicilié à Mulhouse, est mort également durant la guerre comme résistant et reconnu "Mort pour la France". Le deuxième fils d’Anton, Cheslaw Bednarek fut appelé au service militaire en 1954 car la mention Mort pour la France n’avait pas été reportée sur l’acte de décès de son père.
Bien que son appartement aux FTP puis aux FFI ne fasse pas de doute, il semble que la demande de reconnaissance FFI n’ai pas été demandée, car en 1954 un courrier indique que la possibilité de carte CVR carte de combattant de la résistance (loi du 25 mars 1949) s’il n’est pas possible de remplir le modèle national de certificat d’appartenance aux FFI.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article207419, notice BEDNARECK Anton, Antoine, Antonin par Eric Panthou, version mise en ligne le 14 octobre 2018, dernière modification le 18 juillet 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : AVCC AC 21 P 16989. — SHD GR 16 P 43029 (non consulté) .— SHD Vincennes,dossier 19 P 63/6 .— http://www.vollore-montagne.org/blog/index.php?2013/07/15/936-tragiques-combats-des-8-et-9-juillet-1944 .— MémorialGeweb .— Fernand Boyer, Témoins de pierre du sang versé. Les monuments de la résistance en Haute-Loire, Le Puy, éditions de la Société académique, 1983.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément