COSTENTIN Suzanne [née BOINEAU Suzanne, Berthe, Angèle]

Par Jean-Pierre Besse, Jean-Jacques Doré

Née le 13 mai 1893 à Arçais (Deux-Sèvres), morte en déportation le 31 mars 1943 à Auschwitz ; institutrice à Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; militante communiste ; résistante ; déportée.

Fille d’un sabotier,Suzanne Costentin était institutrice d’école maternelle à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Inférieure/Seine-Maritime), secrétaire de la Maison de la culture de Rouen et secrétaire adjointe du syndicat unitaire de l’Enseignement laïc de Seine-Inférieure, chargé du bulletin syndical.

Elle épousa le 3 août 1926, au Havre, son collègue Émile Costentin qu’elle avait rencontré l’année précédente lors d’un voyage en URSS où tous les deux faisaient partie d’une délégation de la CGTU. Ses travaux sur aluminium et cuir étaient largement connus et lui valurent d’élogieux articles dans différentes revues d’art.

Militante communiste, elle venait en aide dans la clandestinité aux militants pourchassés. Elle fut arrêtée le 9 février 1942, transférée à Rouen puis au Fort de Romainville et déportée le 24 janvier 1943 à Auschwitz, où elle mourut le 31 mars 1943.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article20744, notice COSTENTIN Suzanne [née BOINEAU Suzanne, Berthe, Angèle] par Jean-Pierre Besse, Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 18 mai 2020, dernière modification le 12 août 2021.

Par Jean-Pierre Besse, Jean-Jacques Doré

SOURCES : Charlotte Delbo, Le convoi du 24 janvier, Éd. de Minuit, 2002. — Ils sont toujours vivants, brochure de la fédération PCF de la Seine-Maritime, 1985 — Arch. dép. Seine-Maritime 10 MP 1410 Syndicats dissous avant 1936.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément