D’HÉBÉCOURT Louis Amand Augustin d’Amiens

Par Pierre Baudrier

Militaire français de Saint-Domingue favorable à Toussaint-Louverture, renvoyé en France sur le Swiftsure le 10 novembre 1802.

En l’an 13, âgé de 32 ans, il était né à Tracy-le-Mont dans l’Oise. Il était entré au service comme volontaire au Régiment de Provence inférieure le 1er mars 1787, passé au 16ème régiment de dragons, instructeur à pied, le 3 mars 1790, passé instructeur au 2ème bataillon des Volontaires de la Somme le 30 décembre 1791, commandant le 2ème bataillon de Clermont-Oise le 3 vendémiaire an 2, commandant en chef des 2 bataillons de Clermont-Oise réunis par ordre du ministre de la guerre le 17 brumaire an 2, entré dansl’administration militaire armée du Nord et de Sambre-et-Meuse le 10 vendémiaire an 3, chargé par l’ordonnateur général des guerres Boursier du magasin général dela navigation de Sambre-et-Meuse, et de la réunion des bateaux et mariniers depuis Charleroy jusu’à Vanloo, pour l’approvisionnement de bouche et le transport des munitions de guerre destinées au siège de Mastreck, de concert avec le commissaire des guerres Claude jusqu’au 13 germinal an 13, passé à l’armée d’Italie chef de division de l’équipage des vivres, chargé de la comptabilité le 14 germinal an 3. Passé à Saint-Domingue le 28 frimaire an 6, embarqué le 30 ventôse an 6 sur la frégate La Cocarde partie de Brest le même jours et nommé commissaire des guerres et des classes au Port-au-France par Hédouville le 17 prairial an 6, chargé en chef du service de la revue des troupes de l’Ouest le 25 brumaire an 7, chargé de mission de concert avec l’adjudant commandant J. Gouin près le gouvernement d’Europe le 20 germinal an 8. Repassé à Saint-Domingue le 13 prairial an 9, passé aux USA à l’évacuation des petits ports de Saint-Domingue où il fut chargé du service des relations commerciales à Baltimore le 14 thermidor an 11 jusqu’au 13 frimaire en 12 qu’il reçut l’ordre de porter en France le Traité de la Louisiane (an 12).
Il avait été pris par les rebelles à l’arrivée de l’armée du général Leclerc, condamné à être fusillé avec 600 blancs de Port-au-Prince. Blessé dangereusement, sauvé par une femme de couleur, passé consul à Baltimore à l’évacuation des Gonaïves et de Port-au Prince.

Une lettre de Toussaint-Louverture illustre l’excellence des rapports entre les deux hommes.
"A Santo Domingo, le 15 ventôse, l’an neuf de la République Française une et indivisible
TOUSSAINT-LOUVERTURE
général en chef de l’armée de Saint-Domingue

A l’adjudant général Dhebecourt,

Je recu votre lettre mon cher de bécour alins tan, repondré que votre serment et votre deli cates de né pas le ve en grade, peuve que mon peché de remplir mon devoire sur chaque citoiyen qui est digne de la république.
An concéquence vous voudré bien vous tenir prete a et tre reçu ce matin a pré la mes." (Revue de la Société des Études Historiques, 1896)
En métropole on le retrouve officier de corps francs dans la 4ème compagnie de la Seine en 1814.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article207478, notice D'HÉBÉCOURT Louis Amand Augustin d'Amiens par Pierre Baudrier, version mise en ligne le 16 octobre 2018, dernière modification le 9 décembre 2020.

Par Pierre Baudrier

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément