VERNIÈRE Charles

Par Eric Panthou

Né le 18 mai 1903 à Ardes-sur-Couze (Puy-de-Dôme), mort des suites de ses tortures le 10 mai 1944 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) ; facteur à la SNCF ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP).

Fils de Jean, journalier à Ardes (Puy-de-Dôme) et de Madeleine Douhet, Charles Vernière se maria avec Anaïs Perret le 22 octobre 1927 à Saint-Hilaire-Foissac (Corrèze). Il était alors sans profession.

Le couple habita plus tardt 68 boulevard Charcot à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et eut un fils, né en 1929.
Sous l’Occupation, sa femme tenait un café 71 rue Fontgiève à Clermont-Ferrand, tandis que son mari était facteur mixte à la SNCF depuis décembre 1927.
Le café servait de boîte aux lettres pour la Résistance. Charles Vernière et son épouse étaient placés directement sous les ordres du commandant Lenoir, alias Jean Bac, à qui ils transmettaient des renseignements sur le trafic ferroviaire à Clermont-Ferrand.

Il fut membres de l’État-major départemental des FTP du Puy-de-Dôme avec services homologués du 15 janvier au 29 avril 1944. Il avait le grade de lieutenant. Selon Jean Bac, il serait entré dans la Résistance le 15 janvier 1944, intégrant ainsi directement l’état-major FTP.

Les papiers saisis sur le Commissaire politique, Paul Tagnard, alias Béranger et le Commissaire aux effectifs Baudoin (ou Baudois), permettent l’arrestation immédiate de plusieurs autres personnes dont le cafetier José Lopez, sa femme, leur voisin Charles Vernière et Lucienne Tagnard, dit Eva, chef du service de renseignement de l’état-major FTP.

Il fut arrêté à la gare de Clermont-Ferrand lors de sa prise de service par des membres du SD le 29 avril 1944 après l’arrestation d’un membre du PCF envoyé noyauter la Milice clermontoise. Celle arrestation entraîna celle de sept miliciens, suivie de vingt-deux FTP, alors qu’avait lieu la réunion du Comité Militaire Inter-Régional ce jour-là, dans la journée du 30 avril 1944 à Clermont-Ferrand.

Madame Vernière fut également dénoncée et arrêtée à son domicile avant d’être déportée le 15 juin 1944 à Ravensbrück (Allemagne), dont elle put revenir vivante. En raison des bons services de Charles Vernière à la SNCF, sa hiérarchie intervint immédiatement auprès de Fernand de Brinon à Paris pour qu’il évite une "sanction trop grave" au prisonnier.

Il se retrouva en cellule avec Edmond Berger ainsi que Jacques Lévy-Lambert. Selon le témoignage d’Edmond Berger, Charles Vernière est mort dans sa cellule au petit matin du 10 mai 1944, peu avant que Jacques Lévy-Lambert subisse sans doute le même sort bien qu’on n’ait jamais retrouvé son corps. C’est aussi cette version que donne son épouse dans le dossier de demande d’attribution de la carte d’Interné-Résistant pour son mari.
Ce témoignage ainsi que son dossier ONAC et l’attestation du commandant Mazuel alias Judex contredisent la version qui jusqu’à présentait Charles Vernière comme fusillé à la prison allemande du 92e RI de Clermont-Ferrand ce 10 mai 1944.
Dans une pièce de son dossier à Caen, on mentionne même la possibilité qu’il aut été fusillé à Royan (Charente-Maritime).

Il a été reconnu "Mort pour la France", homologué FFI à compter du 1er janvier 1944 avec le grade de lieutenant.
Le 11 juin 1952 il a reçu la Carte de Combattant Volontaire de la Résistance (CVR) à titre posthume. Le 17 septembre 1952, il s’est vu décerner le titre d’Interné-Résistant pour la période du 29 avril au 10 mai 1944.

Son nom figure sur le monument aux Morts de la Glacière, à Clermont-Ferrand et a été donné à une rue de ce quartier jouxtant les cités Michelin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article207728, notice VERNIÈRE Charles par Eric Panthou, version mise en ligne le 21 octobre 2018, dernière modification le 16 avril 2021.

Par Eric Panthou

Sources : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 218 : enquête sur crime de guerre sur Jacques Lévy-Lambert .— SHD Vincennes : 19 P 63/4 : liste des membres de l’état-major départemental du Puy-de-Dôme .— SHD GR 16 P 59074, dossier de Charles Vernière (nc) .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 2546 W 9688. Dossier ONAC de Charles Vernière .— AVCC AC 21 P 659841, dossier de Charles Vernière .— Gilles Lévy, A nous Auvergne, Paris, presses de la Cité, 1981, p. 167 .— MémorialGenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément